13/01/2015 16:10

800 Unes de Charlie Hebdo exposées dans une mairie de village dans le Lot

Le village de Gourdon (Lot) expose, pour une semaine, 800 Unes de Charlie Hebdo qu'un de ses habitants de 73 ans conservait soigneusement depuis le début du journal satirique en 1992, a-t-on appris mardi auprès de la mairie et de l'exposant.
 Dans une salle de la mairie du village (4.400 habitants), à 150 km au nord de Toulouse, l'exposition s'est ouverte mardi, six jours après l'attentat qui a tué 12 personnes au siège de l'hebdomadaire, ciblé par des groupes islamistes pour avoir caricaturé Mahomet.
 "Cette abomination a un peu traumatisé tout le monde. Etant détenteur d'une grande quantité de Charlie Hebdo, il m'a semblé évident de les montrer", déclare à l'AFP Marc Tourlan, 73 ans, joint par téléphone, après un reportage de France 3 annonçant l'exposition.

"Il me semblait qu'il fallait le faire tout de suite", dit-il. Beaucoup de gens sont déjà venus voir l'exposition en me disant qu'ils ne connaissaient pas le journal."
Ancien lecteur de Hara-Kiri, M. Tourlan ne se définit pas comme un collectionneur, plutôt "comme" un conservateur mais pas au sens politique du terme", relève-t-il, en se disant "un peu anar sur les bords".
Ancien photographe, ex-marbrier funéraire puis agent immobilier, l'homme avoue "un faible" pour le numéro 1.

Oublié en 1992, "avec un dessin de Cabu montrant François Mitterrand angoissé par la renaissance du journal".
 La maire du village et conseillère régionale PS, Marie-Odile Delcamp, a tout de suite dit "oui" à la proposition de M. Tourlan.

"Ca paraissait important à tout le monde, on s'est dit allons-y dans la continuité du rassemblement sur la place du marché (en hommage aux victimes des attentats parisiens) qui avait réuni près de 500 personnes samedi", dit-elle à l'AFP.

"Il y avait quand même un citoyen qui n'était pas d'accord, on lui a dit qu'il était libre de ne pas venir", glisse l'édile.  Dans le village, à 150 km au nord de Toulouse, l'exposition a été organisée
sans inquiétude car "Gourdon est une commune où il fait bon vivre, où il y a un important tissu associatif et une forme de tolérance des uns envers les autres", assure Mme Delcamp.

Avant d’ajouter : "nous avons la chance d'avoir eu (le chanteur) Léo Ferré comme habitant, dans les années 60, et l'esprit du village est teinté d'insolence, contre la bien-pensance ambiante".

Ailleurs sur le web

Vos réactions