28/12/2014 11:33

Face à la grogne des usagers, le ministère de l'Energie défend la hausse des tarifs de la SNCF

Après le secrétariat d'Etat aux Transports, le ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie a défendu, à son tour, samedi la hausse des tarifs de la SNCF, arguant de la nécessité d'améliorer la qualité du service aux voyageurs.

"Cette hausse de 2.6% s'avère nécessaire à l'amélioration de la qualité du service offert aux voyageurs, car, en 2014, seule la hausse de la TVA avait été répercutée sur le prix des billets", estime-t-il dans un communiqué alors que cette augmentation a suscité la colère de l'Avuc (Association des voyageurs usagers des chemins de fer).

"Ce sont les voyageurs du quotidien, ceux qui utilisent le train pour aller travailler qui font les frais de cette augmentation", avait souligné l'association vendredi à l'annonce de cette majoration.

"La SNCF va ainsi pouvoir poursuivre ses investissements en termes de maintenance, sa priorité, ainsi que ses investissements sur le matériel, les systèmes d’information et la relation clients", justifie de son côté le ministère de l'énergie.

Le gouvernement insiste sur le fait que cette hausse, qui entrera en vigueur dès le 31 décembre, ne s'appliquera pas sur l'ensemble des tarifs, "mais uniquement sur les tarifs pleins".

"Les prix d’appels (Prem´s) et celui des cartes de réduction notamment restent donc inchangés. La SNCF pourra ainsi proposer plus de tarifs réduits aux voyageurs les plus modestes, en contrepartie d'un effort financier limité demandé à la clientèle la plus aisée (plus d'un million de billets à tarifs réduits supplémentaires seront édités en 2015)", détaille le ministère.

Les tarifs SNCF enregistrent traditionnellement une hausse au 1er janvier. En 2014 néanmoins, seule la hausse de la TVA, passée de 7% à 10%, avait été répercutée sur le prix des billets.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Gloubox
29/décembre/2014 - 10h31

Le véritable problème c'est que la SNCF n'a pas était capable de suivre l'évolution de son traffic , l'organisation interne de la SNCF est à ce tirer une balle dans le pied , l'entreprise pourrait générer beaucoup plus de bénéfice et donc investir beaucoup plus si elle n'adopté pas le principe de bloquer un budget pour une branche et que si celui-ci ne dépensé pas tout il avait moins l'année d'après . espérons que Pepy continu son changement .

Portrait de Nono75
28/décembre/2014 - 23h14

J'ai fait trois trajets entre Paris et Lille récemment.

S'agissant de dernières minutes j'y suis allé en ID Bus et en Blablacar.

Le trajet en train oscillait entre 25€ sur le dernier train de la journée et 60€.

 

Le billet SNCF trop cher ?

Évidemment que c'est toujours trop cher mais vous avez vu les prix des TGV en Allemagne ou en Espagne ?

 

Quant à la meilleure gestion...

L'entreprise fait des bénéfices ! Qu'elle reverse à son actionnaire d'ailleurs...

 

Les avantages ?

Vous croyez sincèrement que 35 milliards c'est causé par les avantages ?

 

Et encore, on a rien vu.

Quand tout cela sera libéralisé, on va rire... jaune.

Portrait de Pinp
28/décembre/2014 - 14h34 - depuis l'application mobile

Grâce à Pepyto, les syndicats fermeront leur gueule puisque l'augmentation va profiter à leur CE déjà gravement doté. Qd a l'état, c'est l'univers des faux-culs. Il pont tellement besoin de fric pour leur électorat U'ils sont prêt a tous les mensonges et raconter n'importe quoi pur justifier une augmentation qui correspond à 9 fois l'inflation. Vive le service public. MDR

Portrait de Nono75
28/décembre/2014 - 12h15

D'un côté tout le monde se plaint que la SNCF c'est pas rentable, etc. (alors que l'entreprise fait des bénéfices).

Mais quand il faut rembourser les 35 000 000 000 d'euros de dette du réseau ferré et financer les rénovations, on fait comment si ce n'est pas en augmentant les péages ferroviaires et autres charges ?...