18/10/2014 18:58

Hongrie: RTL Group a déposé un recours contre la super-taxe sur les médias

RTL Group, premier groupe de médias audiovisuels européens, a déposé un recours auprès de la Commission européenne contre une surper-taxe sur la publicité instituée cet été par le gouvernement hongrois, jugeant qu'elle menace le "pluralisme", a indiqué jeudi ce groupe de médias.

"Un recours a été déposé auprès de la Commission européenne", a déclaré le responsable de la communication de RTL Group, Andreas Meier, confirmant une information du quotidien hongrois Nepszabadsag.

"Cette plainte se base sur plusieurs éléments, dont les dommages causés au pluralisme médiatique", a-t-il détaillé.

Pour RTL Group, filiale du géant allemand des médias Bertelsmann, cette taxe est en outre "punitive et discriminatoire" car elle "affecte de façon disproportionnée RTL-Group, entité basée dans l'Union européenne, comparé aux autres chaînes locales".

Le gouvernement hongrois s'est dit jeudi "préparé" à défendre la taxe, comme il l'a fait pour ses taxes sur les banques, autre décision controversée du Premier ministre conservateur Viktor Orban au pouvoir depuis 2010.

"Ce n'est pas la première fois que certains acteurs économiques exercent une pression sur le gouvernement", a précisé la porte-parole du gouvernement, Eva Kurucz, dans un communiqué.

En juin, le Parlement hongrois, largement dominé par les conservateurs du Fidesz, le parti de M. Orban, a voté un projet de loi prévoyant d'imposer jusqu'à 40% les revenus publicitaires.

Le vote a entraîné une levée de bouclier de dizaines de chaines de télévision, qui étaient, fait rare dans le pays, toutes ensemble vent debout contre la super-taxe.

Un mois plus tard, les députés hongrois ont alourdi cette taxe, en supprimant une faille -- la possibilité de déduire les pertes des années précédentes du revenu assujetti à la taxe -- qui aurait permis, selon certaines simulations du secteur, à RTL-Group de ne payer que 1,9 million d'euros au titre de la taxe, au lieu de 9,7 millions d'euros.

La Commission européenne a dénoncé fin juillet cette taxe par la voix de la commissaire européenne responsable de la communauté numérique, Neelie Kroes. Selon elle, cette loi a "un objectif contraire aux valeurs européennes".

pmu-tba/phs/gg

Ailleurs sur le web

Vos réactions