08/07/2014 13:41

Affaire Bygmalion: Aurélie Filippetti appelle à "ne pas stigmatiser" l'équipe dirigeante de France Télévisions

La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a appelé mardi à ne pas "stigmatiser" France Télévisions et son équipe dirigeante "pour des faits imputables à l'équipe précédente" dans l'affaire Bygmalion, assurant que "depuis 2012, on a rétabli des conditions éthiques dans la passation des contrats".

"Je refuse absolument tout amalgame. L'affaire Bygmalion s'est passée avant l'arrivée de Rémy Pflimlin", l'actuel président, entendu la semaine dernière comme témoin assisté dans cette affaire de favoritisme présumé, a déclaré la ministre sur France Culture.

"On parle de la période Patrick de Carolis. Ces contrats ont été passés à cette époque-là. Quand Rémy Pflimlin est arrivé avec son équipe, il a mis fin et éteint progressivement les contrats Bygmalion. C'est ce qu'il a dit au juge", a-t-elle ajouté.

La ministre a insisté sur le fait que l'affaire Bygmalion "c'est l'héritage de la période Sarkozy".

"Depuis 2012, on a rétabli les conditions éthiques dans la passation des contrats de France Télévisions", a-t-elle assuré, appelant à ne "pas stigmatiser aujourd'hui France Télévisions et l'équipe dirigeante pour des faits imputables à l'équipe précédente".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Razyiel
9/juillet/2014 - 05h12 - depuis l'application mobile
Drahcir232 a écrit :

Et après les socialistes vont clamer dans les médias l'indépendance de la justice, le gouvernement est constitué d'une bande de guignolet.

et entre ca et les voleurs qui gonflaient les factures on est pas rendu ..,

Portrait de valentine89
8/juillet/2014 - 15h26

elle aurait besin de longues vacances cette dame ! vraiment nulle !

Portrait de bib
8/juillet/2014 - 14h22

en quoi Mme FILIPPETTI est-elle autorisée à tenir ces propos ?

ce ne serait pas au juge et seulement au juge de dire ce qu'il en est des rapports de Bygmalion et de France Television ?

Si Remy Pflimelin a été convoqué, c'est qu'il y avait une bonne raison. Et cela ne veut pas dire qu'il soit coupable de quoi que ce soit.

Hollande, Valls et Taubira insistent à juste titre sur l'indépendance de la justice. Filippetti ferait bien de s'en inspirer.