01/07/2014 16:18

Julie Gayet absente du procès l'opposant à Closer qui vient de démarrer

Le procès opposant Julie Gayet à Closer, qui a révélé sa liaison avec François Hollande, a débuté mardi en l'absence de la comédienne devant le tribunal correctionnel de Nanterre, qui juge quatre personnes dont trois pour "atteinte à l'intimité de la vie privée".

Une enquête avait été ouverte à Nanterre après la publication le 17 janvier dans l'hebdomadaire d'une photo de Julie Gayet au volant de sa voiture, considérée comme un lieu privé, une semaine après les révélations du magazine people sur sa liaison avec le chef de l'État. Mi-avril, le parquet avait décidé de renvoyer devant la justice le paparazzi Sébastien Valiela, auteur des premiers clichés volés de François Hollande et de Julie Gayet, son beau-frère et collaborateur Laurent Viers, Carmine Perna, directeur général de Mondadori Magazines France - qui édite Closer - et Laurence Pieau, directrice de la rédaction du journal. Selon l'accusation, Laurent Viers est soupçonné d'avoir photographié Julie Gayet au volant de sa voiture, le 2 janvier à l'heure du déjeuner, rue de Sèvres, dans le quartier du Bon marché, ce qu'il a contesté à la barre, reconnaissant seulement l'avoir suivie.

Sur son scooter, "il prenait tous les risques", "je n'arrivais pas à m'en débarrasser", avait confié aux enquêteurs l'actrice, qui a identifié le photographe sur planches photographiques. Les deux responsables du magazine sont, quant à eux, poursuivis pour avoir publié cette photo sans le consentement de la comédienne de 42 ans. Ces trois personnes risquent un an de prison et 45.000 euros d'amende pour "atteinte à l'intimité de la vie privée".

Laurent Viers comparaît également pour "faux" et Sébastien Valiela pour "complicité de faux" car la police a retrouvé, au cours d'une perquisition au domicile du premier, une fausse carte de journaliste fabriquée à partir du document authentique de Sébastien Valiela. "Une véritable traque" a été organisée contre elle, "une chasse à courre" contre "un gibier", avait affirmé en mars l'avocat de Julie Gayet, Me Jean Ennochi, lors du procès civil.

Le 27 mars Closer a été condamné à verser à l'actrice 15.000 euros de dommages et intérêts pour avoir diffusé des images volées d'elle et de François Hollande, prises séparément devant un immeuble parisien, rue du Cirque, à une centaine de mètres de l'Élysée. Une enquête est toujours en cours à Paris pour "mise en danger de la vie d'autrui".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ericka42
3/juillet/2014 - 10h14
ogm51 a écrit :

On devine où elle se met à table !!

 

Oui certainement. Un restaurant 3 étoiles commençant par Trois et finissant par Gros ^-^ !!! Troisgros quoi smiley !!! Quoique depuis quelques années, il a un restaurant qui lui fait de l'ombre, c'est le Château de Champlong, dans un magnifique cadre.

Portrait de babar75
2/juillet/2014 - 11h18 - depuis l'application mobile
cad a écrit :

Elle ne veut que le fric c'est tout le reste elle s'en fou aucuns respect pour les juges et les avocats

Elle a tout à fait le droit de ne pas se présenter à l'audience, ses avocats sont justement là pour la représenter.
C'est très courant, et cela ne constitue en aucun cas un manque de respect.

Portrait de Ericka42
1/juillet/2014 - 17h07

Normal, elle est chez nous, à Roanne, en train de tourner son nouveau film, 'La Fille du Patron'.

Portrait de Rimlax
1/juillet/2014 - 16h28 - depuis l'application mobile

Quelle honte. Pour une fois qu'on parle d'elle! C'est Closer qui devrait porter plainte pour ingratitude