24/01/2014 16:41

La Manif pour tous assigne en référé devant le tribunal administratif de Paris la préfecture de police

La Manif pour tous, qui prévoit de manifester le dimanche 2 février à Paris, a assigné en référé aujourd'hui devant le tribunal administratif de Paris la préfecture de police (PP), qui refuse que le défilé se termine place de la Concorde. Les organisateurs appellent à manifester ce jour là à Paris et Lyon contre la PMA, la GPA et le projet de loi famille.
Lors de l'audience, Me Pauline Corlay, avocate de la Manif pour tous, a plaidé que la décision du préfet de police de Paris d'interdire la place de la Concorde comme lieu d'arrivée de la manifestation aurait dû prendre la forme d'un arrêté et non d'un simple courrier. Elle a ajouté que la préfecture de police ne peut pas présumer des débordements lors de ce défilé, prévu à partir de 13h30 entre Montparnasse et la Concorde, puisque les précédentes manifestations en 2013 et qui avaient réuni près d'un million de personnes, s'étaient déroulées "sans dégradation et sans vitrine cassée".
Le représentant du préfet de police, Jean-Paul Lamblin, chef du service des affaires juridiques à la PP, a reconnu que "l'immense majorité des personnes de la Manif pour tous ne sont pas des casseurs mais que les organisateurs ne maitrisent pas les groupes radicaux qui s'infiltrent dans leurs défilés". Le commissaire Laurent Simonin, de la direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la PP a fait valoir que la configuration de la place de la Concorde rendait très délicate la dispersion de la manifestation, en raison notamment de la proximité de l'ambassade des Etats-Unis et de l'Elysée.
Le juge des référés Xavier Libert a demandé aux deux parties de continuer à négocier sur le trajet de manifestation. La présidente de la Manif pour tous Ludovine de la Rochère a d'ores et déjà écarté la proposition "absolument inacceptable" de la PP, d'une arrivée sur l'esplanade des Invalides.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Stopaugaucho
25/janvier/2014 - 14h28 - depuis l'application mobile
jarod26 a écrit :

mode valls : il faut interdire les manifs pour tous =)

La dictature socialiste à peur !!!

Portrait de nidindonout
24/janvier/2014 - 20h58
Alors comme ça, ce gouvernement stalinien, bafoue la justice en faisant appel à un tribunal d'exception pour empêcher un humoriste de faire son métier en dépit de l'avis favorable du tribunal administratif de Nantes ! Alors comme ça ce gouvernement stalinien, ennemi de la liberté, veut interdire qu'une manif organisée essentiellement par des citoyens de droite et des cathos, se termine à la concorde ? Alors comme ça, Thierry Thuilliez et Pfimlin, les toutous des Staliniens de l'Elysée, censurent une toute jeune catho, Julie Graziani car elle veut mettre sa récente intervention chez Ruquier sur Youtube ? Thuilliez et Pfimlin ont trop peur que cette jeune fille, intelligente, pétillante, jolie, sexy, fasse de l'ombre au voyage de Hollande au Vatican ? Français en général et cathos en particulier, il faut reconquérir le pouvoir que des petits malins nous ont confisqué ! Mais le plus urgent est de dégager Hollande car cela suffit ! Ah oui, pour Julie Graziani, cherchez sur internet car elle a co-rédigé une supplique à l'attention du pape François pour dénoncer l'attitude du gouvernement Hollande vis à vis des catholiques ! Supplique qui a recueilli en quelques jours 220000 signatures !
Portrait de Nono75
24/janvier/2014 - 18h35

Vous avez lu l'article avant de monter sur vos grands chevaux telles des pucelles effarouchées ???

Il ne s'agit pas d'interdire la manif, juste de la faire arriver sur une esplanade plutot qu'une autre.

Ce n'est pas la première manif à qui cela arrive qu'on demande de modifier l'itinéraire !!!

Portrait de Redresseur De Torts
24/janvier/2014 - 17h54
pl1lecul a écrit :

Ben non, manifester est un moyen d'exister pr ces gens... Ils se sentent important

Et ça leur permet de se retrouver, eux qui évoluent à une époque qui n'est pas la leur.

Portrait de petit lascar
24/janvier/2014 - 17h42

qu'on soit d'accord ou pas avec eux, ils ont le droit comme tous à manifester leur désaccord et c'est pas au maire des villes à décider qui a le droit ou pas à la parole. S'opposer à la tenue d'une manifestation doit reposer sur des faits graves de troubles à l'ordre et on sait tous que ceux énoncés par le maire ne tiennent pas la route sinon plus aucune manifestation ne serait autorisée et surtout celle des étudiants.