19/11/2013 16:41

Un enfant sur six victime d'exclusion sociale en France, selon l'Unicef

Un enfant sur six (17%) se trouve dans une situation "jugée préoccupante" d'exclusion sociale et 7% d'entre eux souffrent d'une "exclusion extrême", selon les conclusions d'une toute première étude nationale de l'Unicef France publiée mardi.

La consultation "Droits de l'enfant" a été menée de février à juillet avec le concours de l'institut TNS-Sofres auprès de 22.500 enfants âgés de 6 à 18 ans et originaires de plus de 70 villes. Les enfants ont répondu à 130 questions ayant trait à leurs droits, à la vie quotidienne, à l'éducation, aux loisirs et à la santé.

10% des enfants interrogés ont répondu non à la question "on respecte mes droits dans mon quartier, ma ville", 55% oui à la proposition "je peux être harcelé ou ennuyé par d'autres enfants ou jeunes" dans le milieu scolaire. 5% affirment ne pas manger trois repas par jour.

Les réponses ont permis d'établir que l'intégration des enfants est "très bien assurée" (50%), "assez bien assurée" (33%), précaire (10%) ou "très précaire" (7%), révèle la consultation de l'antenne française du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

L'analyse démontre que les différentes dimensions de l’intégration sociale des enfants (au sein de la famille, de la ville, de l'école...) sont "fortement corrélées entre elles" et que cette intégration est liée aux conditions d'existence (niveau de privation, qualité du cadre de vie, accès aux soins).

Pour Serge Paugam, sociologue coauteur de l'étude, les résultats "n'autorisent pas à conclure que les jeux sont faits dès l'enfance" en matière d'exclusion mais prouvent qu'"il existe un risque élevé de reproduction sociale".

"Il y a une spirale négative dans laquelle sont entraînés les enfants et les familles défavorisés", abonde Catherine Dolto, médecin coauteur, qui estime que "notre société riche, se voulant égalitaire et fraternelle, laisse de côté un grand nombre de nos concitoyens".

Cette étude "fournit un outil d'élaboration de politiques publiques" qui ne parviennent pas aujourd’hui "à combattre efficacement les conséquences de la pauvreté et à enrayer le cercle vicieux de l’exclusion", avance la présidente de l'Unicef France, Michèle Barzach.

La consultation devait être remise mardi à la ministre chargée de la Famille, Dominique Bertinotti, et à son homologue chargée de la Réussite éducative, George Pau-Langevin.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Coralie75
19/novembre/2013 - 23h48
sandrine75007 a écrit :

pauvres chéris nés dans des familles de faignasses qui utilisent le RSA pour acheter des clopes, le dernier smartphone à la mode et libé quand ils savent lire  pendant que eux crêvent la faim... mauvais kharma

ça me fend le coeur smiley 

Vous plaisantez? La misère ne touche pas que les campagnes, dans les grandes villes il,existe beaucoup de famille dans la misère, et la plupart ne sont pas des feignasses qui fument et claque leurs rsa ds d smart phone... Beaucoup de familles se battent pour joindre les deux bouts... Enfin les fesses posées sur votre canapé a croire avoir la science infise, ne peut pas vous faite en prendre conscience... Votre com est rempli de haine et de mépris... Encore une personne bourres de clichés, qui se croit parfaite! 

Portrait de ovaillant
19/novembre/2013 - 16h47

Quand on voit des reportages, ou on voit une mère célibataire enceinte aller aux restos du cœur, personnellement cela me choque. C'est facile de faire des enfants, mais derrière il faut avoir les moyens de les éduquer et surtout subvenir à leurs besoins...

 

Mais bon, on va dire que c’est la faute de l’état…