Rechercher

31/10/2013 14:36

Morandini Zap: La start-up française Critéo fait son entrée à Wall Street

Criteo, la start-up française spécialiste du ciblage publicitaire sur internet, a réussi mercredi son entrée en Bourse sur le Nasdaq de New York, son titre ayant gagné 14% par rapport à son prix d’introduction.

A la clôture de Wall Street, le cours de l’action de Criteo s’est établi à 35,39 dollars, après être monté jusqu’à 45 dollars en séance.

«CRTO»: c’est sous ce symbole que la société a introduit sur la Bourse électronique américaine quelque 8,083 millions d’actions, initialement fixées à 31 dollars. L’opération a permis à la société de lever 250 millions de dollars (182 millions d’euros), a confirmé une source proche du dossier .

Le prix de lancement, au départ fixé dans une fourchette de 23 à 26 dollars, n’a cessé de grimper ces derniers jours, Criteo l’ayant ajusté à 29 dollars lundi, puis 31 dollars à quelques heures de son entrée en Bourse, preuve de l’appétit des investisseurs pour cette pépite technologique.

Fondée en 2005, la société a lancé en septembre la procédure pour se faire coter à la Bourse électronique Nasdaq. Elle avait alors indiqué vouloir lever jusqu’à 190 millions de dollars.

En janvier, le dernier de ses quatre tours de table lui avait permis de lever 30 millions d’euros auprès d’un groupe d’investisseurs menés par le Japonais SoftBank.

Si le siège social de Criteo reste installé à Paris, son cofondateur et patron, Jean-Baptiste Rudelle, avait décidé dès 2008 de s’installer en Californie, Mecque des nouvelles technologies, pour mieux s’adresser au marché américain et mondial.

Le cabinet Deloitte l’a classée l’an dernier comme l’entreprise technologique ayant connu le plus fort taux de croissance en Europe en cinq ans, soit +202,100%.

Criteo est aujourd’hui présente dans 37 pays et compte 15 bureaux à travers le monde. Grâce à ses algorithmes de prédiction, la plate-forme achète et revend en quelques millisecondes aux annonceurs des emplacements publicitaires sur internet.

Regardez

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ovaillant
31/octobre/2013 - 16h37

Et oui, la France ne fait rien pour retenir les sociétés qui focntionnent, il faut pas s'etonner qu'elles partent à l'etrangé....