04/06/2013 11:02

Manuel Valls appelle les Corses "à se mobiliser" dans la "lutte contre les mafias"

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a appelé lundi les Corses, "premières victimes des violences", et leurs élus "à se mobiliser" dans la "lutte contre les mafias".

"Les Corses sont les premières victimes de la violence et des mafias", a déclaré le ministre peu avant une rencontre à la préfecture d'Ajaccio avec les associations de maires de Corse.

"Je n'ai jamais fait de faux procès contre quiconque", a ajouté le ministre en réponse aux propos de ceux, en Corse, qui ont critiqué les récentes déclarations sur la persistance d'une "mafia" dans l'Ile de beauté.

"La lutte contre ces mafias est essentielle, je leur demande (aux Corses) comme aux élus de se mobiliser", a-t-il réaffirmé. "Je dis que la culture corse est prisonnière de cette violence", c'est la "première des priorités" avec celle "de l'économie".

Dans un communiqué diffusé lundi soir, le ministère de l'Intérieur a déclaré que les élus, lors de cette réunion puis d'un "dîner républicain" lui "ont fait part de leur vive préoccupation concernant la violence qui mine la société insulaire et de la difficulté grandissante qu'ils éprouvent dans l'exercice de leur mandat".

"Le ministre leur a fait part du soutien indéfectible de l'Etat et de sa détermination en matière de lutte contre la criminalité et l'affairisme", a ajouté le ministère. "Le ministre a rappelé l'importance du partenariat entre les élus locaux et le Gouvernement pour insuffler à la Corse la dynamique d'un indispensable sursaut républicain", rapporte aussi l'Intérieur.

Au cours de ces deux rencontres étaient présents Paul Giacobbi, président du conseil exécutif de la collectivité territoriale de Corse, député, Nicolas Alfonsi, sénateur, ainsi notamment que Dominique Bucchini, président de l'Assemblée de Corse ou Emile Zuccarelli, maire de Bastia.

M. Valls est arrivé lundi après-midi en Corse, entamant une nouvelle visite de deux jours par une étape à Bastia avant d'aborder mardi un programme chargé à Ajaccio où il sera question de sécurité, d'institutions, d'économie.

Il est arrivé sur l'île de beauté dans un contexte tendu, marqué en fin de semaine par le onzième homicide de l'année dans l'île et de violents affrontements à Bastia (Haute-Corse) entre des militants nationalistes d'un syndicat étudiant et les forces de l'ordre.

Pour cette visite, Manuel Valls est aussi attendu au plan institutionnel après le vote à la mi-mai de l'assemblée territoriale en faveur de la coofficialité de la langue corse et du français, une mesure ayant de grandes chances d'être jugée inconstitutionnelle.

À ce sujet, le ministre a réaffirmé lundi peu avant la rencontre avec les élus son opposition à toute évolution. "Il y a une langue dans la République c'est le Français, c'est inscrit au coeur de la Constitution, on ne peut pas détricoter la République". "Le français n'est pas négociable, la République et ses valeurs ne sont pas négociables", a dit le ministre.

Mardi M. Valls doit signer la troisième tranche de 537 millions d'euros du plan exceptionnel d'investissement (PEI).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Corsica2b
5/juin/2013 - 19h46
mistermigueule a écrit :

Manuel le beau-parleur va réussir à faire reprendre les armes par le FLNC ... ClapClap !

 

Allez, moi je propose qu'on en profite pour donner l'indépendance de la Corse ou tout du moins l'arrêt de toutes les niches fiscales dont ils bénéficient et qui nous coûtent un bras. Bonne idée en ces temps d'économies non ??

La Corse ne bénéficie plus des arrêtés miots depuis l'an dernier (ce qui fait d'elle la seule ile française à ne pas avoir de régime fiscal adapté à son insularité), La Corse est la région la plus pauvre de France. Continuons à l'appauvrir, et -comme le fait Valls- accusons la population elle même d'être responsable de la misère qui la frappe.

 

Avant la France, la république de Corse était prospère, la France est arrivée et l'a appauvri au point de la rendre dépendante. Le pire dans tout ça c'est qu'aujourd'hui Valls vient nous faire des leçons et nous accuse de l'incompétence de ses services.

Portrait de mistermigueule
4/juin/2013 - 19h21

Manuel le beau-parleur va réussir à faire reprendre les armes par le FLNC ... ClapClap !

 

Allez, moi je propose qu'on en profite pour donner l'indépendance de la Corse ou tout du moins l'arrêt de toutes les niches fiscales dont ils bénéficient et qui nous coûtent un bras. Bonne idée en ces temps d'économies non ??

Portrait de petit lascar
4/juin/2013 - 13h36

Valls parle bcp mais ne fait rien. Au lieu de cela qu'il fasse et ensuite qu'il en parle. On critique Holand et son capacité à ne rien faire mais là je pense que çà touche tout son gourvenement. Ce sont les rois des medias mais mise à parler parler à la presse, sur le terrain il n'y a personne pour relever les manches.

En tout cas les corses doivent bien rire et en tremblent déjà . D"ici peu en Corse on risque d'avoir pas mal de feux d'artifices lol

Portrait de flashtime
4/juin/2013 - 11h53

non mais il s'y croit!  

attention silence on tourne....