27/11/2012 14:33

Le groupe de presse Rossel offre une tablette contre un abonnement de deux ans à un de ses titres

Le groupe de presse belge Rossel a décidé d'offrir une tablette et une connexion internet contre un abonnement de deux ans à certains de ses titres pour inciter ses lecteurs à migrer du papier vers le numérique payant.

Une initiative qui est "unique en Belgique, voire en Europe", a expliqué mardi au quotidien économique belge L'Echo Bernard Marchant, l'administrateur délégué du groupe Rossel, alors que la presse papier est en crise en raison de la chute du lectorat et des revenus publicitaires.

"Nous sommes partis du constat qu'imprimer et distribuer un journal à un abonné coûte le même prix que lui offrir la tablette sur une période de 24 mois", précise M. Marchant, dont le groupe édite en Belgique le quotidien bruxellois Le Soir et des titres régionaux en Wallonie (Sudpresse).

L'offre propose, contre un abonnement mensuel de 23 à 41 euros d'une durée de deux ans, le choix entre quatre modèles de tablettes Samsung (dont les Galaxy Tab 10 et Galaxy Note 10.1), l'édition numérique du Soir ou de Sudpresse et un abonnement à l'opérateur de téléphonie Belgacom.  Des contenus "évolutifs" dont, à partir de janvier, une nouvelle édition du Soir à 17H00, sont également proposés.

M. Marchant espère "entre 5.000 et 10.000 abonnements dans les 12 prochains mois", auxquels devraient s'ajouter "de 3 à 5.000 applications payantes" pour les détenteurs d'autres tablettes.

"D'ici cinq ans, la moitié des abonnés (du Soir) devraient avoir migré vers les tablettes. Nous en comptons aujourd'hui 40.000", a-t-il ajouté.

L'édition papier a toutefois encore "de beaux jours" devant elle, explique le directeur-rédacteur en chef du Soir, Didier Hamann. Mais son contenu "s'orientera vers le décryptage de l'actualité", a-t-il ajouté.

Le passage vers le numérique payant se fait alors que le groupe a annoncé des économies de 10 millions d'euros dans ses titres belges. Les salariés de Rossel & Cie (Le Soir, Le Soir Magazine) ont menacé lundi de se mettre en grève à partir du 10 décembre si la direction ne revenait pas sur un plan de 3 millions d'euros de réduction des frais qui les concerne directement et qui devrait se traduire par des départs de la rédaction.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Amorine
27/novembre/2012 - 16h55

Et voilà comment on tue les petites librairie merci Rossel

Portrait de nina83
27/novembre/2012 - 15h19

J'aime bien l'idée aussi, ça devrait se faire en France !