27/11/2012 17:21

Les applications sur tablettes pour enfants poursuivent leur développement

Par Sophie LAUBIE

Objets transmédias entre livre, animation et jeu, les applications numériques sur tablettes pour enfants continuent à se développer et à transformer le secteur de l'édition jeunesse, malgré un marché encore timide.

Au Salon du Livre et de la presse jeunesse de Montreuil, qui ouvre ses portes mercredi, dix exposants présenteront cette année leurs créations sur le "pôle numérique", créé en 2011. C'est le double de l'an dernier.

L'éventail de ces applications --principalement présentes sur iPad, la tablette d'Apple, mais aussi pour certaines sur Android, avec un prix de vente moyen autour de 2/3 euros-- est large, de la déclinaison numérique de livres papier à la création pure: histoires enrichies de vidéos ou de jeux, bandes dessinées interactives, livres ludo-éducatifs sur l'art, applications permettant de dessiner, d'enregistrer sa voix ou d'utiliser la tablette comme un plateau de jeu sur lequel on circule avec un pion en papier...

"La création numérique se développe sur le terrain qu'on avait imaginé, c'est-à-dire à partir de la création d'applications multimédias, qui mixent les différents médias que les enfants pratiquent, aussi bien le texte que la photo, la vidéo, le cinéma d'animation", souligne Sylvie Vassalo, directrice du Salon de Montreuil.

Les acteurs du secteur sont eux aussi variés : éditeurs traditionnels --de Gallimard à Casterman en passant par Hatier--, mais aussi producteurs audiovisuels ou nombre de petites sociétés issues du numérique.

"Il y a de plus en plus de développements. En tant qu'éditeur, notre métier évolue réellement", souligne Edwige Pasquier, directrice générale de Gallimard jeunesse, passé en un an de quatre applications à une douzaine, du conte aux applis ludo-éducatives réalisées avec des musées.

"C'est un marché qui est en pleine transformation. Avec des enfants qui naviguent sur un iPad avec une facilité déconcertante, on est en train de voir un bouleversement des usages", explique Deborah Elalouf, la présidente de Tralalere, petite société de contenus éducatifs plurimédias présente pour la première fois à Montreuil.

"On passe d'un marché où les gens faisaient vraiment des exemples d'expérimentations uniques non reproductibles à un premier palier de maturité avec le début d'ouvrages en série, et avec des logiques où le numérique apporte un véritable plus", poursuit-elle.

Augmentation du nombre de projets et d'acteurs du secteur, développement du cross-médias prenant en compte le potentiel du support : l'évolution est là, mais reste encore balbutiante, alors que le marché est peu structuré.

"Ce sont des investissements qui sont quand même relativement lourds, donc on ne se jette pas tête baissée", résume Edwige Pasquier.

"C'est un marché vraiment plus en devenir que réellement là", renchérit Chloé Jarry, éditrice et conceptrice chez Camera Lucida, société de production audiovisuelle qui a réalisé deux applications accompagnant des films diffusés sur France 3.

"C'est quand même des applications qui sont chères à faire, et avec des prix de vente qui sont tellement bas que c'est compliqué d'en faire beaucoup", ajoute-t-elle.

Pour elle, "beaucoup reste à faire", car il n'existe notamment encore que "peu de choses pour les 8-12 ans", et "on ne travaille pas encore assez la tablette comme un écran de partage, avec des choses où l'on peut s'enregistrer, montrer".

"Les éditeurs ont vraiment leur place à prendre. Mais ce sont des investissements qui sont lourds pour eux, donc il y a peut-être aussi un système de financement à trouver un peu différent, en mettant en coproduction des éditeurs et des productions audiovisuelles", ajoute-t-elle.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de nina24
28/novembre/2012 - 11h24
glas35 a écrit :

Merci pour la réponse mais un Ipad a un pris prohibitif bien sur il est d'une qualité incomparable ( mémoire non extensible ) , mais la durées de vie de la batterie est de combien de temps , car après avoir vu pas mal de reportages sur cette marque et son protectionnisme à outrance, je l'ai rayée à jamais cette pomme de mes achats. Exemple un téléphone Samsung galaxy S2 la batterie (vie optimale sur un smartphone 2 ans ) peut être changée en moins de 5 mn essayer sur un IPhone c'est impossible sauf être super bricoleur..

Pour les tablettes j'ai pensé effectivement  à la Kindle mais c'est chez AMAZON  ou Lexibook et pas sûr qu'on ai accès à google play , je vais continuer à chercher, il reste 1 mois

 

çà doit faire 2 ans que j'ai l'ipad 2, je n'ai pas encore eu de problèmes de batterie, l'autonomie doit être  de 9 heures environ. Pour la Kindle, si tu as un Darty près de chez toi, il la vende aussi. Tu pourras leur demander pour le google play, je ne sais pas.

Portrait de nina24
27/novembre/2012 - 22h32 - depuis l'application mobile
glas35 a écrit :

Il ya beaucoup de tablettes pour enfants dont  la tablette  "meep" qui semble assez intéressante, un peut chère, mais ,je ne sais pas ce quelle vaut pour un enfant  (7 ans) car il y a beaucoup de contradictions sur le web.car  entre ceux qui n'y connaissent rien et qui sont perdus et les je sais tout "qui voudraient une tablette adulte pour enfant qui ne casse pas qui ne risque rien sur le web et tout et tout..dur dileme 

Si quelqu'un a pu l'essayer de façon objective je suis preneur

Ce n'est qu'un conseil bien sûr mais à ta place, j'achéterai une tablette "adulte", tu pourras acheter des applications pour enfant et au moins la tablette durera plus longtemps ( il pourra grandir avec). J'ai un ipad, je le prête à mon neveu qui a 5 ans, de temps en temps, il se débrouille très bien avec, c'est tactile donc intuitif, il fait très attention et ne l'a jamais fait tombé ( fort heureusement). Je ne dis surtout pas qu'il faut acheter un ipad mais pour quasi le même prix que la tablette que tu as vu, il y a la Kindle à 159 euro, je crois. Et pour l'avoir testé, elle est pas mal du tout. Après, la tablette "meep" est peut être très bien, demande à la tester.