06/08/2012 08:05

La société Miss France propose un système de rotation pour représenter les "petites" collectivités ultramarines

La société Miss France envisage de mettre en place un système de rotation pour représenter les "petites" collectivités ultramarines dès cette année, a annoncé à Saint-Pierre samedi Sylvie Tellier, directrice générale de la société Miss France.

Le concours pour désigner la représentante de Saint-Pierre-et-Miquelon, collectivité de 6.000 habitants, aurait dû avoir lieu samedi, mais il a été annulé, faute d'un nombre suffisant de candidates.

Depuis 2008, année de la première participation de cette collectivité française d'Amérique du Nord à l'élection nationale, la délégation locale peine à trouver chaque année le minimum requis de 5 jeunes filles motivées répondant aux critères de la société Miss France.

A Saint-Pierre-et-Miquelon, "de nombreuses jeunes filles partent faire leurs études en France métropolitaine ou au Canada", a reconnu Mlle Tellier.

Toutefois, malgré la défection de Saint-Pierre-et-Miquelon, il y aura bien 33 candidates en décembre pour l'élection de Miss France 2013, a-t-elle souligné.

La société Miss France étudie en effet les dossiers de plusieurs autres petites collectivités d'outre-mer, comme Wallis-et-Futuna, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, qui elles aussi "aimeraient être représentées à l'élection de Miss France", assure Mlle Tellier.

"Wallis-et-Futuna était représentée il y a quelques années, et là bas aussi il y avait peu de candidates, donc la représentation a cessé", a-t-elle ajouté. Un système de rotation entre petites collectivités ultramarines, pour qu'elles participent tour à tour à l'élection, leur permettrait de réunir un nombre suffisant de candidates, tous les 2-3 ans, a-t-elle jugé.

L'élection 2012 de Miss France avait vu le couronnement de Miss Alsace, Delphine Wespiser.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus