11/07/2012 09:41

Enregistrements de Mohamed Merah: Le syndicat des journalistes critique la décision du CSA

Hier, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a adressé une "mise en garde" à TF1 pour avoir diffusé dimanche, dans son émission "Sept à Huit", des enregistrements audio entre Mohamed Merah et les policiers.

Suite à cette décision, le Syndicat National des Journalistes a publié un communiqué intitulé "Le CSA n'est pas le Conseil de l'Ordre des journalistes" sur son site Internet pour critiquer le choix du CSA. 

Pour le SNJ, "le Haut conseil fait acte de "censure préventive" pour toutes celles et ceux qui seraient tentés de suivre une enquête délicate". 

Avant d'ajouter: "Plus l’histoire est sombre et incompréhensible, plus les journalistes se doivent d’y travailler pour aider leurs contemporains à comprendre. Les télévisions et radios qui ont consacré de longues heures et de très nombreux directs aux événements de Toulouse même quand il était évident que les journalistes n’avaient aucune information à donner, devraient s’abstenir de tout suivi de cette affaire ? 

Alors que la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) vient de donner raison de façon éclatante au droit à informer en légitimant les actions des journalistes dans l’affaire Cofidis, déclarant que les infos sur le dopage dans le sport sont d’intérêt général, les infos sur le terrorisme et tout ce qui l’entoure ne le seraient pas ?". 

Le Syndicat National des Journalistes demande au CSA que sa décision soit annulée. "Ce n’est pas au CSA, une instance dont les membres sont tous nommés par le pouvoir politique, d’arbitrer la pratique journalistique. Il s’agit là, ni plus ni moins, de liberté d’information et d’expression dans une démocratie digne de ce nom" conclut-il.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Génération courage

Tiens tiens, on reconnaît la relation entre les journalistes et le pouvoir politique!!!!!!!

Portrait de Saro2419
11/juillet/2012 - 10h45 - depuis l'application mobile
seb86 a écrit :

on en reparle encore, mais il faut arrêté la c'est bon en plus je l'avais déjà oublier

Trop de pub pour encore un assassin à la solde de al machin.