17/05/2012 10:05

Portrait: Aurélié Filippetti, Ministre de la Culture et de la Communication, fille et petite-fille de mineurs

Normalienne, fille et petite-fille de mineurs Aurélie Filippetti, 38 ans, nommée mercredi ministre de la Culture et de la communication, présente un parcours personnel et politique tout en contraste, des Verts au PS, entre la Lorraine des derniers hauts-fourneaux, l'écriture de romans, et les bancs de l'Assemblée nationale.

En politique depuis plus de dix ans, cette grande brune souriante aux cheveux longs et à la silhouette élancée, n'était pas prédestinée à cette carrière. Agrégée de lettres classiques, elle est aussi romancière.

En 2003, son premier roman "Les derniers jours de la classe ouvrière" est un succès. Rue de Valois, cette normalienne, à la sensibilité à fleur de peau, qui avait durement ferraillé au Palais Bourbon en 2009 contre la loi Hadopi, devra très vite s'exprimer sur ce texte, sa suppression ou sa modification.

Née le 17 juin 1973 à Villerupt en Meurthe-et-Moselle, Aurélie Filippetti a été élue dans le département voisin en 2007, de justesse (50,97% des voix).

Cette année-là, elle était devenue "conseillère spéciale" de Ségolène Royal pour les questions liées à l'environnement, la culture et l'éducation, malgré son ralliement de fraîche date au PS. Elle s'est progressivement éloignée de l'ex-candidate PS -comme Manuel Valls et d'autres- au lendemain du congrès de Reims en 2008. Habituée de la salle des Quatre-Colonnes de l'Assemblée nationale, Aurélie Filippetti a relayé à Paris avec le député PS Michel Liebgott le combat des ouvriers d'Arcelor-Mittal, après la fermeture des deux derniers hauts-fourneaux à Gandrange et Florange, dans sa Lorraine natale.

Sur place, certains militants socialistes lui reprochent son absence: "Elle ne sait toujours pas dans quelle circonscription elle est élue! On a toujours l'impression qu'elle pourra repartir aussi vite qu'elle est arrivée", raille un socialiste de Metz.

On lui reproche aussi d'avoir brigué -en vain- un siège d'eurodéputée en 2009, pour échapper aux conséquences d'un redécoupage électoral défavorable. Avec le même sens politique qui l'avait conduite vers Ségolène Royal, la jeune femme annonce son ralliement à François Hollande pendant la primaire socialiste, le 27 juin, animant la cellule culture du candidat pendant la campagne.

Après Fukushima au printemps 2011, l'ex-militante écologiste avait été rappelée à l'ordre par la première secrétaire du Parti, Martine Aubry, pour avoir dénoncé la "vision dépassée" des socialistes sur le nucléaire. Un réflexe, sans doute, de ses années de formation politique chez les Verts, qu'elle avait quittés en novembre 2006, dénonçant le "fonctionnement groupusculaire" du parti.

A 27 ans, la normalienne était tête de liste du parti écologiste dans le Ve arrondissement de Paris aux élections municipales en 2001.

Très appréciée par le futur maire PS de Paris Bertrand Delanoë, la jeune femme avait disposé d'une superbe rampe de lancement en défiant sur les pentes du Quartier latin le maire sortant, Jean Tiberi, pris dans un duel fratricide avec le représentant de Philippe Séguin, Henri Guaino.

Aurélie Filippetti est l'auteure de plusieurs ouvrages: deux romans, "Les derniers jours de la classe ouvrière" et "un homme dans la poche".

Elle est la fille d'un ancien mineur de fond communiste, Angelo Filippetti, qui fut maire d'Audun-le-Tiche et conseiller général, et petite-fille d'un immigré italien.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Volques
17/mai/2012 - 17h39

Elle a beaucoup pleuré dans les médias pour conserver sa circonscription !

Portrait de Génération courage

Les gens de gauche vous ne savez pas quoi inventer pour critiquer

Portrait de LaFranceSocialiste

Les gens de droite ne savent plus quoi inventer pour critiquer.

Portrait de jacqueline03
17/mai/2012 - 10h36

mesure à prendre : rendre l'opéra moins cher !

Portrait de floyeah25
17/mai/2012 - 10h22
libellule69 a écrit :

Beau parcours. Encore en pleine rêverie idéologique, mais en même temps elle n'a "que" 38 ans.

Les "rêveurs" qu'ils soient idéologiques ou non font toujors avancer la société. C'est grâce aux rêveurs qu'on a pu inventer de formidables inventions comme le téléphone inventé par graham bell. Heureusement que pendant la seconde guerre mondiale on a rêvé et espéré qu'un jour on s'en sortirait. Heureusement qu'il y a des résistants comme Jean Moulin pour lutter contre les collabos. Le rêve c'est ce qui nous permet de rester debout lors d'épreuves difficiles. Vive les rêveurs.

Portrait de FS001
17/mai/2012 - 10h20 - depuis l'application mobile

La même publicité !
Elle va rien faire pour la culture , pas de dialogue !!!! Elle va encaisser son salaire point !!!!!
Bravo à ceux qui l'ont voté !

Portrait de PHILLARY
17/mai/2012 - 10h18
mvn a écrit :

Elle avait aussi declare sur DSK qu elle n aimait pas se retrouver seule avec lui....lol...laissons la faire. ne portons pas de jugement sur cette personne....

je partage, attendons de voir comment elle va s'en sortir

Portrait de PHILLARY
17/mai/2012 - 10h17

elle va prendre DSK dans son équipe smiley