05/02/2009 16:34

Livre de Sevran/poursuites: le Niger et la Licra déboutés

La république du Niger et la Licra ont été déboutées jeudi des poursuites qu'elles avaient engagées à Paris contre le livre de Pascal Sevran où l'animateur français, décédé depuis, liait la famine en Afrique à la sexualité des Noirs.

Dans son ouvrage "Le privilège des jonquilles", publié en janvier 2006 chez Albin Michel, Pascal Sevran s'était élevé contre la famine des enfants au Niger où "le taux de fécondité est le plus élevé au monde".

"Les coupables sont facilement identifiables", poursuivait-il, "ils signent leurs crimes en copulant à tout va. La mort est au bout de leur bite. (...) Personne jamais n'osera leur reprocher cela, qui est aussi un crime contre l'humanité: faire des enfants".

Onze mois plus tard, dans un entretien au quotidien régional Var Matin, le chansonnier avait été plus loin, estimant qu'il "faudrait stériliser la moitié de la planète". Les politiques et les associations avaient vivement condamné ces propos, contraignant Pascal Sevran à présenter ses "excuses".

Des excuses qui n'avaient pas suffi à calmer l'indignation du gouvernement du Niger. Choqué par ces propos "on ne peut plus racistes" qui "font un éloge de l'eugénisme", il avait déposé plainte contre "Le privilège des jonquilles" pour provocation à la discrimination raciale. Jeudi, la 17e chambre a jugé que la plainte nigérienne était irrecevable, seule une association ou le ministère public pouvant saisir un tribunal français d'un tel délit. Bien que jugée recevable, la Licra n'a pas obtenu gain de cause contre Albin Michel.

En effet, a considéré le tribunal, si Pascal Sevran "exprime son indignation (...) en termes crus et méprisants qui peuvent choquer ou blesser, il livre plus une réaction sur le vif qu'une analyse réfléchie sur le sujet". Et surtout, il n'exhorte personne à la violence, "au contraire", "il exhorte les lecteurs à avoir une compassion plus profonde et sincère envers ces malheureux enfants".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de mademoiselle lol
6/février/2009 - 08h27

Franchement, c'etait n'importe quoi cette plainte!!
Chacun a le droit de penser ce qu'il veut et un état où l'on ne peut plus s'exprimer est un état en survie.
Bonne nouvelle

Portrait de mimidu59
6/février/2009 - 08h23

quand même une bonne nouvelle !!! j'ai beaucoup de respect pour P SEVRAN et il manque énormément ;(

Portrait de planet claire
5/février/2009 - 20h03

C'est quand même marrant de voir la licra alliée avec le Niger dans l'histoire:
"27.10.2008 | 16:42
Un tribunal ouest-africain a estimé que l'Etat nigérien était responsable de n'avoir pas su protéger une jeune fille, vendue à l'âge de 12 ans. Selon une enquête, le pays compterait encore quelque 870.000 esclaves"
Googlez Niger + esclavage.. ils feraient mieux de balayer devant leur porte quoi.

Portrait de isacool
5/février/2009 - 19h53

tout a fait raison

Portrait de planet claire
5/février/2009 - 19h52

+5

Portrait de Le concombre vert
5/février/2009 - 18h09

Voilà les vrais statistiques :

Pourtant, il ne faut pas sous-estimer le fait que ce ne sont pas les Françaises (de souche ou non) qui ont un taux de fécondité de 2,02 , mais les « femmes accouchant en France », ce qui est effectivement assez différent : Les femmes asiatiques (qui n’ont pas encore la nationalité française) mais vivant en France ont une fécondité de 2,7 ; les Maghrébines de 3,4 ; les Turques de 3,7 et les Africaines de 4,3.
Si l’on ne prend que les femmes de nationalité française, on tombe à 1,8 ; et que les femmes nées françaises, de parents français, quelle que soit leur origine, on descend à 1,7.
Des chiffres corroborés par d’autres publiés les années précédentes par d’éminents démographes ou des périodiques spécialisés. Le phénomène n’est pas nouveau, comme l’évoquait déjà Le Figaro du 20 février 2004 : Les données de l’INSEE en 2000 (François Legros, « La fécondité des étrangères en France : une stabilisation entre 1990 et 1999 » Insee Première, mai 2003) montraient non seulement que l’écart restait important, mais que la fécondité des femmes étrangères établies en France dépassait souvent désormais celle de leur pays d’origine. Exemples : Maghrébines : 3,24 enfants par femme (au Maghreb : 2,7) ; Africaines : 4,7 enfants par femme (en Afrique : 5,8) ; Turquie : 3,35 (en Turquie :

Portrait de gemma
5/février/2009 - 17h57

oui ça lui aurait fait plaisir, car il en a énormément souffert.

Portrait de Le concombre vert
5/février/2009 - 17h50

Ce serai bien de voir aussi ici en France les statistiques des taux de fécondité en fonction du pays d'origine!!!

Portrait de Emir44
5/février/2009 - 17h18

C'est vrai que lorsqu'on a une démographie de 5%, une croissance de 3%, il ne faut pas s'étonner de courir à la faillite d'un système :
Comment fournir l'effort nécessaire à l'éducation des enfants ?
Comment loger convenablement le peuple ?
Comment soigner (et on n'oubliera pas les ravages du SIDA, du paludisme, de la malaria, ...) le peuple ?

Et oui, Fraternité... est-ce que cela suffit ?

Portrait de nat27
5/février/2009 - 17h14

dommage qu'il ne soit plus là pour connaitre cette décision.

Portrait de Galuchat_57
5/février/2009 - 17h02

Heureusement que Sevran n'a pas été condamné...

Ils auraient été obligés de le déterrer...

:lol: :lol: :lol: