21/04/2015 10:55

Présidence de France Télévisions: Une "procédure anti-démocratique", selon les rédactions de France 2 et France 3

"Anti-démocratique" et "sans aucune transparence": les sociétés des journalistes de France 2 et France 3 ont dénoncé mardi la procédure de désignation par le CSA du prochain président de France Télévisions, dans une tribune publiée par Le Monde.

Les SDJ, dans leur texte intitulé "Le règne de l'opacité", déplorent que le Conseil supérieur de l'audiovisuel "refuse de révéler le nombre et le nom des candidats retenus" pour la présidence du groupe audiovisuel public.

"L'équipe dirigeante (de France Télévisions, NDLR) va donc être choisie dans les bureaux d'un organe administratif de 8 membres, sans aucune transparence", écrivent les SDJ de France 2 et de la rédaction nationale de France 3.

"Alors que les auditions des candidats à la présidence des chaînes parlementaires, LCP et Public-Sénat, sont retransmises en direct, la nomination du patron de France Télévisions, ses 5 chaînes, ses 3 milliards de budget, va se dérouler dans les couloirs feutrés de la Tour Mirabeau", siège du CSA, regrettent-elles.

"Pour les journalistes du service public il s'agit d'une procédure anti démocratique, sur la forme comme sur le fond. Que sait-on du projet éditorial qui sera retenu? Quelle vision pour l'information des différentes chaînes (...)? Quel engagement pour que l'indépendance et le pluralisme restent la priorité de nos rédactions?", s'interrogent-elles. Cet "entre-soi (...) prête le flanc à tous les soupçons de pression politique", ajoutent les SDJ, qui regrettent que "citoyens et salariés" soient "tenus à l'écart des débats autour de l'avenir de la télévision publique".

Le CSA a autorisé les candidatures secrètes pour ne pas dissuader les postulants ayant d'importantes responsabilités, une procédure déjà critiquée ces dernières semaines.

Début avril, l'UMP avait notamment dénoncé le "mystère" et "l'opacité" entourant le processus de sélection. Le gendarme de l'audiovisuel, qui a indiqué avoir reçu 33 candidatures pour le poste le plus important de l'audiovisuel public, fera son choix entre le 22 avril et le 22 mai, pour une prise de fonction mi-août. Un certain nombre de candidats ont déjà été recalés la semaine dernière.

Selon la presse, parmi les finalistes supposés figurent le président sortant de France Télévisions, Rémy Pflimlin, Pascal Josèphe, ex-directeur d'Antenne 2, Cyrille du Peloux, dirigeant de Veolia, Delphine Ernotte, directrice exécutive d'Orange, Robin Leproux (Ex-RTL et M6), Nathalie Collin, DG adjointe de La Poste et Christophe Beaux, PDG de La Monnaie de Paris.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DarkAngel
6/mai/2015 - 00h20
jarod26 a écrit :

non c'est un certain cyril =)

smiley

Portrait de DarkAngel
6/mai/2015 - 00h20
Caramella a écrit :

Ce beau bordel 

Un de plus

Portrait de DarkAngel
6/mai/2015 - 00h20

Peu importe qui sera élu, il fera de la m...

Portrait de macaignepierregeorges@gmail.com

Ça c'est la gauche tout pourri .
Vivement la droite et du centre
Pour le pluralisme et la transparence des chaînes du service public...
Avec Les Républicains ex UMP.
L'alternance est en marche, rien l'arrêtera ...

Portrait de bab64
21/avril/2015 - 11h35

A la lecture des finalistes, la seule personne capable de gerer FT est Pasal Josephe il a un vrai passé dans l'univers des medias et a deja fait ses preuves

 

Les plus vus