18/03/2014 16:13

Les banques françaises veulent développer le paiement de factures en ligne

Les principales banques françaises vont lancer cette année un service de paiement de factures en ligne, pour lequel elles ont créé une société commune afin de développer une alternative au chèque et au TIP (Titre interbancaire de paiement).

Baptisée Sepamail.eu, cette nouvelle entreprise qui regroupe Banque Populaire, Caisse d'Epargne, Crédit Mutuel-CIC, BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole a vocation à définir des règles techniques communes adaptées aux nouvelles normes européennes Sepa.

"Sepamail, c'est un système interbancaire qui est un moyen de développer le paiement par virement ou prélèvement Sepa et de lui donner plus de valeur ajoutée, tant pour le créancier que pour le débiteur", a expliqué à l'AFP Nicolas Chatillon, président de Sepamail et directeur chez BPCE.

"C'est un service qui peut trouver une utilisation dans plusieurs cas d'usages et d'occasion de paiement en France, qui sont aujourd'hui peut-être complexes ou coûteux", a-t-il indiqué, citant les règlements de facture mais aussi le paiement du loyer ou la gestion des mandats de prélèvements.

Le règlement de facture "en un clic", qui a déjà été testé par certains établissements, sera lancé progressivement cette année par les cinq groupes bancaires via une application mobile et/ou l'intégration dans la banque en ligne.

Si les normes techniques sont communes, chacune des banques proposera sa propre offre.

Dès septembre 2014, plus de 50% des clients particuliers en France pourront ainsi accéder à ce service, annoncent les banques dans un communiqué.

"Il y a des particuliers peu sensibles à l'usage du prélèvement et qui préfèrent payer par TIP ou par chèque. Ces moyens de paiement ne sont pas les plus adaptés aux modes de consommation de notre temps et aux moyens de paiement électroniques et multicanal dont on dispose aujourd'hui", selon M. Chatillon.

Pour lui, la nouvelle solution remportera l'adhésion des clients car elle est adaptée "en termes de sécurité, d'efficacité, de simplicité et d'économies de temps" et "permet à la fois au client particulier de garder la main sur le paiement et à l'émetteur d'optimiser sa chaine de valeur".

"C'est un vrai facteur d'amélioration qui permettra de faire des économies des deux côtés", se réjouit-il.

La Banque de France a indiqué lundi que 91,7% des virements et 87% des prélèvements domestiques français étaient effectués au format Sepa à fin février, les grandes entreprises ayant achevé leur passage aux nouvelles normes et la plupart des PME retardataires ayant engagé leurs travaux de migration.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus