13/12/2014 18:00

Portrait: Biographie Jean-Marc Morandini (Mise à jour: Dec 2014)

En quelques années, Jean-Marc Morandini a fait des médias sa spécialité.

D’Europe 1 à NRJ 12 ou en passant par son blog, ses livres et ses articles, le journaliste décrypte l’univers médiatique avec passion, bonne humeur et... succès.

Jean-Marc Morandini naît à Marseille le 5 août 1965.

Inscrit en journalisme et communication, le jeune homme multiplie les expériences professionnelles dans des médias locaux.

À peine âgé de 20 ans, il est le plus jeune présentateur de journaux télévisés du paysage audiovisuel français sur France 3 Toulouse.

Son diplôme de journalisme en poche, Jean-Marc Morandini quitte le sud de la France pour rejoindre Paris.

Il intègre alors une toute jeune chaîne de télévision : La Cinq.

Journaliste et envoyé spécial, il apprend son métier auprès des grands noms de l’information réunis au sein de la chaîne de Berlusconi. C’est Patrice Duhamel et Patrick de Carolis qui le recrutent à cette époque et l’envoient couvrir l’actualité à travers le monde : de la Chute du mur de Berlin aux évènements de la Place Tian en men en Chine.

Mais c’est sûr TF1 que le jeune journaliste connaît la célébrité : de 1992 à 1996, il présente Tout est possible.

L’émission rencontre un véritable succès. Elle est aussi vivement critiquée. Les guignols s’emparent de l’image du jeune présentateur pour incarner les dérives de la télévision. TF1, en « quête de sens », finit par la déprogrammer malgré des pointes d’audiences à plus de 65% de part de marché.

C’est donc à la radio que le journaliste poursuit sa carrière.

En 1998, Jean-Marc Morandini rejoint le groupe NRJ et présente une émission sur Chérie FM. Il devient rapidement Directeur Général en charge des antennes des stations Chérie FM et Nostalgie.

L’audience des radios qu’il dirige et alors multiplié par deux en quelques mois sous son impulsion. Il quitte le groupe NRJ pour le Groupe LV&Co, dirigé par Gérard Louvin et devient directeur de l’information, des antennes et de la stratégie.

En 2001, il devient directeur général du groupe.

L’année suivante, Jean-Marc Morandini occupe également l’antenne de RMC Info, avec un talk show quotidien sur l’actualité télé.

Son emploi du temps est ainsi divisé entre ses activités à la tête de Voltage et MFM et son émission du 12-14h.

En juin 2003, dans une interview donnée au Parisien, le journaliste critique sa direction à RMC, et en particulier l’utilisation d’appels surtaxés et il quitte le Groupe dirigé par Alain Weill suite à des désaccords.

Mais dans la foulée, en août 2003, Jean-Marc Morandini rejoint Europe 1 pour un nouveau rendez-vous quotidien sur l’actualité de la télévision. C’est encore un véritable succès d’audience.

L’émission gagne 30% d’audience dès la première année.

Du coup, à la rentrée 2007, Europe 1 lui confie en plus la tranche d’information midi-14h où il traite l’actualité politique, économique et internationale. Là encore le succès est au rendez vous avec près de 2 millions d’auditeurs chaque jours qui écoutent « Le grand direct »

En août 2012, les très fortes audiences du programme poussent la direction d’Europe 1 à la programmer dans la foulée de la matinale, le Prime Time en radio, et c’est désormais de 9h à 10h que « Le Grand Direct » est diffusé.

Depuis le septembre 2014, l'émission a pris plus d'ampleur en étant programmée de 9h à 12h avec 3 parties distinctes: télé, actu et santé.

Pour la première fois en France, un programme radio entièrement consacré à la santé est diffusé en radio à l'initiative de Jean-Marc Morandini, et dès les premières audiences le succès a été au rendez-vous.

Entre-temps, le journaliste a fait son retour à la télévision sur Match TV en 2005, avec Ça reste entre nous, consacrée à l’actualité people, puis sur Direct 8, en 2006 dans une émission éponyme et en direct : Morandini !

Dédiée là encore à l’actualité des médias, l’émission fait les meilleures audiences de la chaîne de Vincent Bolloré. Diffusée trois fois par jour, l’émission fait régulièrement des pointes à 1 million de téléspectateurs pour la seule diffusion de 18h45 en direct, et se retrouvent ainsi leader des nouvelles chaines de la TNT à cet horaire stratégique.

Ce magazine permet également à Jean-Marc Morandini de faire découvrir plusieurs nouveaux visages qui feront ensuite carrière sur d’autres chaînes comme Faustine Bollaert (M6), Matthieu Delormeau (NRJ 12) ou encore Cyril Féraud (France 3)

En mars 2009, Jean-Marc Morandini imagine et lance sur Direct 8, un nouveau magazine mensuel intitulé « Présumé Innocent » qui est le seul magazine de faits divers à s’intéresser à des thèmes récents à la télé française. Le magazine remporte immédiatement un franc succès. En janvier 2010, il devient le magazine le plus regardé de la chaine.

En septembre 2011, devant son succès, « Présumé Innocent » change de fréquence et devient bi-mensuelle.

En juin 2012, Jean-Marc Morandini annonce son départ de Direct 8 pour NRJ 12 et la création de sa société de production : « Ne Zappez pas Productions », un nom clin d’œil à la phrase qui l’a fait connaitre du grand public sur TF1.

Il a produir, chaque jour, sur NRJ 12 une émission originale, en direct, au concept innovant : « Vous êtes en direct » qui recrée l’ambiance d’une conférence de presse.

Elle est diffusée chaque jour entre 18h30 et 20h. Une tranche horaire qui affichait entre 180.000 et 200.000 téléspectateurs avant son arrivée, et qui va voir son audience doubler en 2013 avec des pointes à 700.000 téléspectateurs.

Jean-Marc Morandini lance également en février 2013, "Crimes", une émission de faits divers diffusée en Prime Time et en deuxième partie de soirée le lundi soir. Dans chaque numéro, le journaliste se rend dans une ville différente et raconte 3 faits divers qui ont marqué une région.

Dès le premier numéro, une moyenne de 800.000 téléspectateurs sont au rendez-vous.

Depuis Jean-Marc Morandini a animé et produits divers émissions comme "#Morandini", "Scandales"...

Côté internet, depuis 2005, Jean-Marc Morandini a également créé son propre blog dont la fréquentation ne cesse d’augmenter. Près de 1.500.0000 visiteurs uniques viennent chaque mois sur son blog, ce qui en fait le site média de référence et le 1er blog média de France.

Très convoité, jeanmarcmorandini.com, appartient à la société du journaliste The Web family.

En novembre 2011, il annonce avoir décidé de faire entrer dans le capital de sa société le Groupe Bolloré Média afin de bénéficier de l’aide technique, financier et de l’appui logistique du Groupe.

Le montant de la transaction n’est pas rendu public et Jean Marc Morandini reste PDG de la société The Web Family, gardant ainsi le contrôle total de la ligne éditoriale.

Le 1er janvier 2013, Jean-Marc Morandini et Bolloré Média annoncent que le journaliste a racheté la totalité des parts de son site internet qui lui appartient donc, désormais à nouveau 100% depuis cette date.

Jean-Marc Morandini est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages sur le monde médiatique : Le bal des faux-culs (2004), L’enfer du décor (2005), Télé-vérité : Parents, vos enfants sont en danger ! (2006) et Télé, l’implosion : Chronique d’un désastre annoncé (2007).

Depuis cette date, il affirme avoir « chaque mois au moins deux idées de livres », mais n’a hélas pas le temps de les écrire.

Et d’ajouter, « je refuse d’utiliser un nègre comme le font la majorité des gens connus qui écrivent aujourd’hui, du coup je préfère ne pas sortir d’ouvrages et attendre d’avoir un peu plus de temps disponible. »

Enfin après avoir écrit pendant 6 ans un billet hebdomadaire dans Télé 7 jours, et pendant 2 ans une chronique hebdo dans France Soir, Jean Marc Morandini à partir de  2008, et pendant 3 ans est également une des signatures vedette du quotidien Direct Matin, dans lequel il rédige chaque jour un billet d’humeur très lu sur la télévision et les médias.

Direct Matin est diffusé à plus d’un million d’exemplaires chaque jour dans les plus grandes villes de France.

Passionné de voyages et en particulier de Miami aux Etats-Unis, ville dans laquelle il se rend très régulièrement, Jean-Marc Morandini vit en dehors du monde des paillettes et du show-bizz, ne participant jamais à aucune soirée people.

Il préfère partir en week-end dans sa maison de campagne en Bourgogne qu’il décrit comme « une ancienne ferme réhabilitée avec comme seules voisins des vaches et des champs de blé ».

Il retourne également régulièrement à Marseille, sa ville natale dans laquelle se trouvent toujours toute sa famille et ses meilleurs amis « qui ne font pas parti du monde de la télé. »

Très investi dans la cause de la Société Protectrice des Animaux, Jean-Marc Morandini ne se déplace jamais sans son labrador chocolat, Phoebus.

A son décès en 2014, Jean-Marc Morandini adopte un Nova Scotia Duck Tolling Retriever prénommé Iron et qui devient rapidement la mascotte des réseaux sociaux

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Les plus vus