08/02/2012 10:29

Une secrétaire traîne Brad Pitt et Angelina Jolie devant les prud'hommes

Le conseil des prud'hommes de Draguignan (Var) a reporté mardi au 6 mars sa décision concernant la requête d'une secrétaire bilingue du domaine viticole varois où demeure le couple d'acteurs américains Brad Pitt et Angelina Joli, s'estimant victime d'un "licenciement abusif".

La secrétaire, Ana Luisa Charlotiaux, réclame, selon son avocat Me Emmanuel Ludot, "61.500 euros toutes indemnités et préjudicies confondus".

Les faits remontent à février 2010 lorsqu'Ana Luisa Charlotiaux, employée à temps partiel par la SA Château Miraval à Correns (Var), avait été licenciée au motif que ses absences désorganisaisent le fonctionnement de l'entreprise.

Mme Charlotiaux, qui avait été recrutée en 2008 par l'ancien propriétaire américain du domaine, avait en "charge les relances téléphoniques des clients et le classement du courrier".

A l'audience, le 8 novembre, son avocat, Me Emmanuel Ludot, avait soutenu que "4 mois et demi d'absence, entre 2009 et 2010, n'ont pu désorganiser l'entreprise", relevant qu'après le licenciement, quatre autres personnes avaient été successivement recrutées.

Pour la défense, Me Béranger Boudignon avait souligné qu'avant son licenciement, Mme Charlotiaux n'avait pas répondu à l'entretien préalable et qu'à aucun moment elle ne s'était manifestée auprès de son employeur, réclamant une indemnité reconventionnelle de 5.000 euros pour procédure abusive.

Au cours de l'audience, à aucun moment les noms de Brad Pitt et Angelina Jolie, qui n'apparaissent pas dans la procédure, n'avaient été prononcés.

Brad Pitt, 47 ans, et Angelina Jolie, 36 ans, se sont installés à Correns en juin 2008, dans une bâtisse du XVIIe siècle enchâssée entre 400 hectares de forêts et de vignobles. Actuellement, d'importants travaux sont réalisés au château, dont la garde est assurée par des professionnels de la sécurité.

Dans le domaine viticole de 35 ha, travaillent 14 salariés et 3 secrétaires administratives à temps partiel.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de morte de rire
8/février/2012 - 16h13

pas tout à fait d'accord.
Le président des prud'hommes , ( je dis bien à moins que ça n'est changé ) , sa voix compte double dans le résultat des délibérations .
Alors de ce fait vous voyez ce que ça peut changer éventuellement si vous tombez ce jour là sur un président soit qui représente les patrons soit les salariés

Portrait de EJE92
8/février/2012 - 11h22

Mais le titre de l'article dit le contraire! Ce sont eux qui sont trainés devant les prud'hommes (?)

Portrait de viveloan
8/février/2012 - 10h43

Mr Ludot, encore cet avocat verreux ...

Les plus vus