26/04/2008 12:19

Le Pen dérape dans un magazine Breton sur "le détail"

Jean-Marie Le Pen, président du Front national, a suscité un tollé et s'est attiré des menaces de poursuites judiciaires en qualifiant à nouveau les chambres à gaz de "détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale", dans un entretien au magazine "Bretons" publié vendredi.

Le parquet a annoncé qu'il étudiait la possibilité de poursuivre l'ex-candidat à la présidentielle.

"J'ai dit que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale: ça me paraît tellement évident", déclare M. Le Pen dans le mensuel généraliste, diffusé en Bretagne et en région parisienne.

Le leader frontiste, dont la fille Marine a souligné qu'elle ne partageait pas les vues de son père sur ce point, avait été condamné à 1,2 million de francs (183.200 euros) d'amende pour de premières déclarations sur le "détail", en 1987 sur RTL.

Alors que "Bretons" lui fait remarquer que l'on a "déporté des gens pour les amener dans des camps juste pour les faire tuer", M. Le Pen répond: "Mais ça, c'est parce que vous croyez à ça. Je ne me sens pas obligé d'adhérer à cette vision-là. Je constate qu'à Auschwitz, il y avait l'usine IG Farben, qu'il y avait 80 000 ouvriers qui y travaillaient. A ma connaissance, ceux-là n'ont pas été gazés en tout cas. Ni brûlés."

M. Le Pen a affirmé dans un bref communiqué vendredi avoir "interdit expressément par lettre recommandée il y a déjà 15 jours" à "Bretons" de publier cet entretien.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Patoucha
2/mai/2008 - 16h07

Mensonges! Il MENT en disant: Deux idéologies totalitaires et antireligieuses : le communisme et le national-socialisme, d'ailleurs alliés au début de la Seconde Guerre mondiale, ont créé l’abominable système des camps de concentration.

Un DETAIL? qui a fait 6 MILLIONS de Juifs! Une guerre contre les Juifs, pour les spoliers de leurs biens, jusqu'à leurs dention,leurs cheveux, leur peau pour fabriquer du savon, des expérences sur les femmes enceintes à qui on ouvrait le ventre ? Je continue?

Le Pen faisait partie de la milice française de Pétain! Il était de ceux qui ont participés à la chasse des Juifs et à la rafle du Vel d'Hiv, au cours de laquelle 13.000 Juifs seront arrêtés et déportés - enfants compris, livrés par Laval!
Il y avait une POLITIQUE ANTISEMITE mise en oeuvre dès l'été 1940. Elle est dûe au seul gouvernement de Vichy, sans pressions allemandes. Il y avait également un commissaire général AUX QUESTIONS JUIVES en 1941 et c'était Xavier Vallat, pour ne pas le nommer, qui l'a organisée systématiquement. Exlus d'un nombre très important d'activités, recensés, spolié par l'"aryanisation" des entreprises. Les Juifs ont été internés dans les camps de concentration français tels que nDrançy, Pithiviers, Beaune-la-Rolande, etc. Cette politique a des responsables. Elle a aussi des exécutants à tous les niveaux de l'administration et Lepen en faisait partie!

Vichy a maintenu sa politique antisémite en imposant en 1942 l'apposition de la mention "Juif" sur les cartes d'identité. Combien de morts y aurait-il eu en moins si les nazis avaient été contraints d'identifier, d'arrêter et de transporter eux-mêmes, sans aucune assistance française, chacub des Juifs de France qu'ils voulaient assassiner?

Bilan: 75 000 déportés, dont seulement 3000 ont survécu!

Depuis aout 1942 des rapports dignes de foi sur les massacres massifs et même sur l'utilisation du gaz étaient parvenus à l'Ouest avant aout 42 à partir de sources diverses:la résistance polonaise, , des évadés, des témoins appartenant à l'armée italienne4 ou aux forces alliées et même des agents de la Gestapo dont certains étaient juifs." Il y avait beaucoup plus de gens informés de l'extermination qu'on ne le suppose en général".

Au début de l'automne 1942 ces rapports firent l'objet de discussions au plus haut niveau!

Et Le Pen ose parler de DETAIL?

Comme négationniste on ne fait pas mieux! A se demander si tu n'es pas un proche de Lepen?

Portrait de Angel88
28/avril/2008 - 22h03

Cher monsieur Morandini. Allez-vous laisser longtemps Philippe Rai nous abreuver de sa propagande nauséabonde. Je sais que nous sommes dans un pays libre mais autoriser quelqu'un à défendre un parti (Le FN) ou un homme (Le Pen) publiquement xénophobe, antisémite et négationiste, c'est un peu dur à avaler... D'ailleurs personnellement je n'avale pas... Je vomis !
Sans rire, je trouve scandaleux de lire ce genre d'immondices sur ce blog.
Du coup, je remarque que l'avatar de ce P.Rai est un genre de logo du FN non ?
Allez, zou, du balais s'il vous plaît. Un peu de tenue sur ce blog.

Portrait de bonhumeur
28/avril/2008 - 18h56

de toute façon ce parti de ptits fachos est pour ainsi dire mort , alors en parler c'est faire de la pub à ce sale bonhomme, la seule chose à faire c'est laisser la justice opérée et le punir comme il se doit, car on ne peut pas dire des horreurs pareilles sans en avoir les conséquences.

Portrait de normajane
28/avril/2008 - 09h23

Puisque l'on doit "reconnaitre" ou "avouer" que l'on ne connait rien de Le pen dixit P. Rai, je viens de tomber sur un article du point (il est jamais trop tard pour apprendre )
« Les collabos de Le Pen »
Le président du Front national, qui jure avoir pris la route des maquis du Morbihan à l'âge de 17 ans, n'a jamais manqué de mettre en avant les anciens résistants membres du FN : Michel de Camaret, compagnon de la Libération, le colonel Etienne François, grand officier de la Légion d'honneur, Robert Hemmerdinger, Roger Holeindre...
Proche lui-même de l'ancien nazi belge Léon Degrelle, Le Pen se montre en revanche beaucoup plus discret sur les anciens du régime de Vichy et autres admirateurs de l'Allemagne hitlérienne étroitement mêlés à l'histoire du FN.
Léon Gaultier. Cet ancien lieutenant Waffen SS a fondé une maison de disques, la SERP, avec Le Pen en 1963. Il fut membre du conseil national du FN dès sa création, en 1972.
André Dufraisse. Ex-membre du Parti populaire français et de la Légion des volontaires français (LVF), c'est à son engagement sur le front de l'Est sous l'uniforme allemand qu'il dut son surnom de « Tonton Panzer ». Membre du bureau politique du Front national de 1972 à sa mort, chargé du recrutement des chefs d'entreprise, André Dufraisse fut aussi le compagnon de Martine Lehideux, actuelle présidente du groupe FN au conseil régional d'Ile-de-France, elle-même nièce de François Lehideux, ministre de l'Industrie de Pétain. A la mort de « Tonton Panzer » en 1994, Le Pen prononça sur le parvis de l'église de Saint-Nicolas-du-Chardonnet un bref hommage au défunt, avec lequel il avait milité depuis 1956.
François Brigneau. Cet ancien milicien, qui connut les geôles de Fresnes au temps de Brasillach, fut vice-président du FN à sa création. Editorialiste de National Hebdo , condamné plusieurs fois pour incitation à la haine raciale, il a pris ses distances au moment de la scission mégrétiste.
Roland Goguillot, alias Roland Gaucher, s'occupa pendant la guerre des jeunesses du RNP de Marcel Déat, qu'il suivit à Sigmaringen en 1944. A la Libération, il prit le pseudonyme de Roland Gaucher. Journaliste à Minute , Gaucher-Goguillot fut fondateur en 1972, puis membre du bureau politique du Front. Grand spécialiste du PCF, il a sensibilisé Le Pen à l'efficacité des techniques militantes communistes. Il sera conseiller régional FN de Franche-Comté et directeur de National Hebdo jusqu'en 1993.
Pierre Bousquet, premier trésorier du FN, décédé en 1991, était un ancien caporal de la division Charlemagne.
Victor Barthélemy, secrétaire général du Front national de 1973 à 1978, décédé en 1985, fut le secrétaire de Jacques Doriot, chef du PPF. Il a été membre du comité central de la Légion des volontaires français (LVF).
Gilbert Gilles fut de tous les combats de l'extrême droite. Aujourd'hui retraité et auteur de livres sur la Seconde Guerre mondiale, il ne cache rien de son passé : « J'ai été à la Waffen SS et adjudant de la division Charlemagne, j'ai combattu en Ukraine du Nord et purgé quatre ans et demi de prison pour appartenance à l'OAS : nous avions fait sauter les pylônes à haute tension à Sarcelles un jour où de Gaulle devait y faire un discours. » En 1984, Gilbert Gilles devint le chargé de mission de Le Pen (qu'il tutoie) afin de récolter des fonds en Afrique, mais fut écarté par Jean-Pierre Stirbois.
La « question »
Alors lieutenant dans les paras, Le Pen a pris part pendant trois mois à la bataille d'Alger en 1957. Considéré, selon ses propres termes, comme un officier de renseignement, il est envoyé dans la capitale algérienne pour arrêter des suspects, qu'il ramène ensuite à la villa des Roses, où se déroulent les interrogatoires. La participation de Le Pen dans ce dispositif a fait l'objet d'âpres controverses. Il a lui-même alimenté le débat, laissant entendre, selon de nombreux témoins, qu'il avait participé à des actes de torture. Mais, en 1989, Libération et Le Canard enchaîné ont été condamnés pour avoir publié des propos l'accusant d'avoir pratiqué ou fait pratiquer la torture en Algérie. « Si j'avais commis des actes répréhensibles, a conclu Le Pen, j'aurais été poursuivi et jugé. Tout au contraire, j'ai été décoré par le général Massu. » (Sic.)
Les hymnes du Reich
Battu aux élections législatives de 1962, Jean-Marie Le Pen a fondé la Société d'études et de relations publiques (SERP) le 15 février 1963 avec son ami l'ex-Waffen SS Léon Gaultier. Faute de clients, il convertit la SERP à l'édition de disques politiques. Il rachète un stock de disques réalisés à partir d'enregistrements clandestins des plaidoiries de Me Jean-Louis Tixier- Vignancour au procès du général Salan, chef des putschistes d'Alger. C'est un succès commercial.
La petite équipe de la rue de Beaune découvre un nouveau filon : le « disque document », et lance la collection « Hommes et faits du XXe siècle ». En novembre 1963, la SERP publie « Philippe Pétain, maréchal de France » et, en 1965, un disque intitulé « Le IIIe Reich, voix et chants de la révolution allemande ».
On lit sur la pochette du 33-tours : « La montée vers le pouvoir d'Adolf Hitler et du Parti national-socialiste fut caractérisée par un puissant mouvement de masse, somme toute populaire et démocratique, puisqu'il triompha à la suite de consultations électorales régulières, circonstance généralement oubliée » .
Il faut donner acte à la SERP du pluralisme de son catalogue : les discours du chantre du régime de Vichy Philippe Henriot côtoient ceux de Léon Blum, de Staline ou de Malraux. On y trouve même des refrains du Front populaire, enregistrés par une chorale de la CGT ! Au total, en 1984, plus de 140 titres. Mais les réminiscences sonores de l'ordre brun restent une spécialité de la SERP, entreprise qui permit à Le Pen, selon un de ses proches, de « joindre l'utile à l'agréable » : trois disques sur le IIIe Reich, les Waffen SS, et de nombreux titres sur les SA, la Wehrmacht, Hitler, Mussolini, l'Action française et Pétain...
Un héritage providentiel
Le 27 septembre 1976, Hubert Lambert de Saint-Julien meurt à l'âge de 42 ans. Fruit des amours tardives d'une sage-femme de 44 ans et de Léon Lambert, héritier d'une famille enrichie sous le second Empire par l'exploitation de carrières et de plâtrières, Hubert Lambert est une plante de serre chaude, qui grandit reclus avec sa mère dans une villa spacieuse au sommet de la butte de Saint-Cloud. Riche, oisif, chétif, il se découvre une vocation pour le financement de l'extrême droite dès les années 50. Il adhère au Front national en 1973 et remet à Le Pen l'équivalent de 200 000 francs en espèces pour financer sa campagne législative. A partir de 1974, Pierrette et Jean-Marie seront très assidus auprès du riche héritier, saturé d'alcool et de médicaments, et de sa mère. Tant et si bien que la mère d'Hubert Lambert, qui ne veut pas laisser son fils seul après sa mort, semble avoir influencé celui-ci pour qu'il fasse des Le Pen ses légataires. Elle compte, en contrepartie, qu'ils prennent soin de lui.
Un testament est rédigé le 21 janvier 1976 au bénéfice de Jean-Marie Le Pen. Hubert Lambert meurt le 27 septembre 1976, un mois après sa mère, d'une crise d'éthylisme. Le Pen est le seul à produire un testament olographe, l'instituant légataire universel. Philippe Lambert, cousin d'Hubert et qui vit au rez-de-chaussée de l'hôtel particulier, conteste la validité du testament. Son avocat plaide qu'Hubert n'était plus dans son état normal au moment de le rédiger. En décembre, Le Pen obtient gain de cause, à titre provisoire, en attendant que la justice tranche sur la validité du testament. Mais, en septembre 1977, après un an de batailles juridiques, un arrangement entre les deux prétendants à l'héritage est trouvé. Philippe Lambert reconnaît la validité du testament rédigé au profit de Le Pen et reçoit en échange un tiers de la fortune de son cousin, généralement estimée à environ 80 millions de francs (2001), Le Pen conservant notamment la maison de Saint-Cloud. « C'est un "conte de fées" », dit Pierrette. L'héritage Lambert, qui met fin à une période de vaches maigres, assure à Le Pen une assise matérielle décisive pour sa carrière politique.
« Querelles d'Allemands »
Le 23 avril dernier, sur France 2, Jean-Marie Le Pen s'indignait qu'on lui cherchât des « querelles d'Allemand » pour « une ou deux phrases malheureuses » prononcées « il y a quinze ans ». En réalité, les dérapages verbaux du président du Front national, qu'il s'agisse de gaffes ou de signaux envoyés sciemment, furent assez nombreux et systématiques pour lui valoir des condamnations en justice.
Le président du FN a ainsi été condamné en 1991 à 1,2 million de francs de dommages et intérêts pour avoir déclaré, quatre ans plus tôt, que les chambres à gaz sont « un détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ». Un propos réitéré le 5 décembre 1997 à Munich, où Jean-Marie Le Pen s'était rendu à l'invitation de l'ancien Waffen SS Franz Schönhuber, chef des Republikaner.
Le président du FN a également été condamné à 10 000 francs d'amende pour « injure publique envers un ministre » pour son sinistre calembour « Durafour crématoire », proféré en 1987.
La même année, Le Pen déclarait : « Le sidaïque est contagieux par sa transpiration, sa salive, son contact. C'est une espèce de lépreux. » Le 30 août 1996, il affirmait croire « à l'inégalité des races ». Mais le président du FN avait aussi dénoncé en 1989 dans l'hebdomadaire Présent le rôle de l' « internationale juive » dans « la création d'un esprit antinational » ou en 1996, à propos du onze de Zidane, estimé « artificiel de faire venir des joueurs de l'étranger et de les baptiser équipe de France ». Et caetera...

Desolé pour la longueur mais ca a le merite d'être clair. :evil: Bien sur, on peut toujours essayer de leur faire passer pour un victime en parlant calmement avec des arguments de VRP comme il le fait si bien mais il n'echappe pas a son histoire même si il a tendance a la revisiter :evil:

Portrait de Patoucha
28/avril/2008 - 02h09

Très juste, je t'en dirai plus demain :d

Bonne nuit. Je passais....

Portrait de Angel88
27/avril/2008 - 22h11

Cher monsieur Rai, vous prenez vraiment les gens pour des imbéciles. Merci de ne pas faire de ce forum une plateforme pour défendre l'indéfendable.

Portrait de Droogy
27/avril/2008 - 18h51

Tout dépend de ta définiton du racisme...

Portrait de Droogy
27/avril/2008 - 18h46

Alors il ya 2 options :
1/ tu le connais personnellement et là je veux bien te croire
2/ un leader politique, très charismatique, qui traite Anne Sinclaire de Charcutière casher, qui balance du Durafour_crématoire et du point de détail...honnétement, si ce n'est pas de l'antisemitisme ???
alors bien sûr, chaque phrase prise isolément, disséquée avec talent comme tu peux le faire....cela attenue la portée des mots.
Mais lorsqu'on met en perspective toutes ses déclarations, ça sent le racisme à plein nez !!!
D'après moi, Le Pen est le dernier grand Tribun français, s'il avait été RPR, il aurait été Président de la République sans problème.
Mais il a fait un mauvais choix, il fait maintenant son taf de leader du Front...c'est dommage.
Si il n'est pas raciste , c'est pire. Cela signifie qu'il joue avec les bas instincts tapis en chacun de nous !

Portrait de sandrine53
27/avril/2008 - 17h19

Alors cette fois-ci on ne pourra plus avoir de doutes sur sa vision de l'holocauste et ne plus parler de derapage. Il dit franchement ce qu'il pense. Plus de tolerance possible. En taule le le Pen!!!:evil:

Portrait de goldorbator
27/avril/2008 - 17h01

:arrow: rappel des règles du blog : Ne pas poster en rafale. C'est à dire mettre 3 ou 4 messages les uns derrière les autres. Concentrez vos idées !
merci d'en tenir compte

Portrait de Droogy
27/avril/2008 - 16h58

Juste une question / selon toi, Le pen n'est pas raciste ?

Portrait de fauvette
27/avril/2008 - 16h30

Déjà que le FN est complètement fauché, si il faut qu'il paie des dommages et intérèts pour ses propos, la pauvre Marine n'aura plus que ses yeux pour pleurer.

Portrait de IRONMAN
27/avril/2008 - 16h19

C'est bizarre j'ai jamais entendu ce vieux débris (c'est mon avis et on est en démocratie) dire quoi que ce soit d'autre qu'un détail du génocide juif. Meme sa fille n'est pas d'accord avec lui, c'est poour dire...

Portrait de normajane
27/avril/2008 - 16h05

Et alors, il propose quoi JM, vu qu'il savait il a eut le temps de réfléchir aux solutions :shock: . Mais bon, il préfére sans doute le graveleux pour faire parler de lui. La faute aux médias, a Sarko, aux immigrés... et si c'était seulement a son incompétence :idea:

Portrait de bardy
27/avril/2008 - 15h21

MAIS QUI ecoute ou lit encore les articles sur LE PEN, c'est usé ses yeux et se fatiguait pour rien, c'est un PUR RACISISTE et XENOPHOBE de la 1er heure. il y a longtemps deja que je le boycotte ..... ET EVIDEMMENT QUE JE NE VOTE PAS POUR LUI:arrow: :evil: :evil:

Portrait de ness_
27/avril/2008 - 14h57

Comme d'habitude venant de lui ça ne me surprend pas maintenant je pense aussi que la Loi Gayssot est une erreur

Portrait de cajar
27/avril/2008 - 14h55

@ philipe RAI
Non, désolé, il n'y a aucune interprétation à faire, rien à sous entendre, il a toujours été très clair et précis en disant qu'il s'agissait d'une partie d'un ensemble.

Désolé à mon tour, il n'est ni clair, ni précis...Il joue (habilement je vous le concède) sur l'ambiguité et peut ensuite s'offusquer qu'on ne le comprenne pas. Il s'agit simplement pour lui d'un moyen de tourner la loi.

Si, justement c'est là le problème, et c'est précisément ce que conteste Le Pen, c'est qu'il existe une loi qui nous oblige à croire une version imposée.

Je n'aime pas non plus que le législateur se mêle de la recherche historique. Mais si JMLP est si hostile à cela, j'aurais aimé l'entendre aussi lorsqu'il était question d'une loi sur les "effets positif" de la colonisation.
La réalité historique prouvée n'est pas une "version" et c'est, au contraire, tout le problème. Ce n'est pas cette loi idiote, dite Gayssot, contre laquelle ils luttent. Ils travaillent simplement à rendre moins odieux un régime pour lequel nombre d'entre eux ont des sympathies et JMLP a d'ailleurs des vieilles amitiés toujours vivaces avec d'anciens waffen SS (il ne s'en cache d'ailleurs pas).
Bref, sa rhétorique est nauséabonde et fourmille, contrairement à ce que vous dites, de sous-entendus en cachant derrière des propos ambigus des oeillades obscènes à une partie de son électorat pour qui le régime nazi ne présente pas que des aspects négatifs.

Portrait de cajar
27/avril/2008 - 14h24

Détail = partie d'un ensemble, c'est toujours ce qu'il a dit.
Il n'a jamais été question de "sans importance".
Mais c'est malheureusement cette interprétation totalement fausse qui est propagée.

Au delà de l'explication sémantique exacte que vous fournissez obligeamment à JMLP, vous savez très bien comment le mot "détail" est connoté dans le langage courant. Quand on dit, par exemple, "ce n'est qu'un détail", cela sous-entend une faible importance. Il y a le français et il y a l'usage et JMLP joue habilement sur cette ambiguité pour exprimer un doute sur une réalité que tous les historiens sérieux admettent, c'est à dire l'existence des chambres à gaz dans les camps d'extermination.
Par ailleurs, lorsqu'il évoque l'exploitation de la main-d'oeuvre effectuée par IG Farben, c'est parfaitement exact. Il s'agit d'une main d'oeuvre fournie par les camps de concentration (ce n'est pas la même chose qu'un camp d'extermination dans lequel il n'y avait même pas de barraques et qui ne servait qu'à gazer les déporter) et ces gens mouraient simplement un peu moins rapidement que les autres déportés.
Il ne s'agit pas de "croire", comme il le dit...Tous ces faits sont prouvés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. On peut se demander pourquoi il cherche encore à trouver des circonstances atténuantes au régime nazi, d'autant plus que cela ne lui a pas vraiment porté chance sur le plan électoral. Marine Le Pen semble d'ailleurs en avoir pris conscience comme le montre sa prise de position.

Portrait de Tommy_92
27/avril/2008 - 13h43

Je trouve ça anormal de l'écarter des débats politiques quand un pseudo philosophe tenant des propos douteux tel que Finkielkraut lui n'est pas écarté des débats politiques(ah mais j'oubliais,le racisme envers les populations noires et arabes c'est normal de nos jours...)
alors soit on interdit tous les racistes soit on les autorise tous de parler!C'est quand même incroyable dans ce pays que de museler les propos que dans la bouche d'autres on laisse passer volontiers

Portrait de Galoo
27/avril/2008 - 13h09

Oh c'est du Le Pen tout craché! encore un bon petit coup de révisionnisme, la connerie à l'état pur! et malheureusement c'est pas terminé avec sa fille, une le pen avec des cheveux, bien raciste et oratrice populiste comme son papa

Portrait de Tommy_92
27/avril/2008 - 12h45

loubidou67

ouais donc on préfère détourner notre attention avec les arabo-musulmans soit disant tous terroristes malheureusement ça marche

Portrait de loubidou67
27/avril/2008 - 12h43

oui c'est bien ca le probleme ! tout est criticable sauf les juifs

Portrait de Tommy_92
27/avril/2008 - 12h38

chuut! t'es fou ou quoi? tu sais bien que de nos jours dire certaines vérités équivaut à un véritable acte de rebellion

Portrait de Hypnos
27/avril/2008 - 11h32

bisous jean-marie :oops:

Portrait de beudi
27/avril/2008 - 11h32

il ne faut pas lui en vouloir il est complétement sénile le pauvre papy, il ne sait plus ce qu'il raconte, pauvre jean marie:mrgreen: :mrgreen:

Portrait de Chrysalide
27/avril/2008 - 10h59

D'un côté, j'ai envie de réagir mais de l'autre, je me demande bien ce que je pourrais dire sans basculer dans la vulgarité la plus basse... Et pourtant, c'est ce que ce genre de propos m'inspire.
Un détail de l'histoire ? Comment peut-on dire que c'est un simple "détail" - ce qui induit que ça n'a pas vraiment d'importance - alors qu'il y a eu un véritable génocide juif durant la seconde guerre mondiale ? Un peuple entier a été décimé et "traité" comme l'on ne traite pas même des animaux..
Sans parler des nombreuses productions qui ont eu lieu sur ce fait historique tragique (parce que ce cher M. Le Pen pourrait très bien rétorquer que tout a été extrapolé dans les films, mais bien sûr..) il suffit de regarder le documentaire "Nuits et brouillards" ; enfin, si on arrive à le voir jusqu'au bout... Je l'avais justement vu avec ma classe de troisième, il y a donc déjà pas mal de temps, et nous étions pratiquement voire tous sur le point de vomir tant les images VRAIES étaient insupportables. Et après ça, certains osent minimiser ou relativiser ?
Je crois que ce genre de cas est tout simplement irrécupérable. Il avait déjà tenu ce genre de propos il y a quelques années, alors forcément, il n'allait pas changer de point de vue sur la question...

Portrait de loubidou67
27/avril/2008 - 10h49

pourquoi a t on censuré mon deuxieme propos ????

Le crif manipule l'opinion publique. Raymond Barre était un homme de paix et le crif a manipulé la france pour le faire passer pour un antisémite.
Ce meme crif soutient les caricatures haineuses à l'encontre de l'islam.
Cherchez l'erreur.

Portrait de Volques
27/avril/2008 - 10h48

Il cherche à exister mais il n'existe plus. C'est un spasme d'un vieux coq qui meurt. Honte à lui!:roll:

Portrait de venitien
27/avril/2008 - 09h34

Si je puis me permettre une réflexion...A chaque fois que M. LE PEN est en perte de vitesse dans les médias , il se livre à une provocation afin que l'on parle de lui et ça marche , la preuve nous en parlons....Et si nous cessions tous de parler de lui , il n'existerait pas , donc au lieu de parler de qui vous savez , je vais vous dire que j'ai fait du VTT hier dans la forêt , tout le monde s'en fout mais au moins on ne parle pas de ....Et vous qu'avez vous fait hier et que comptez vous faire aujourd'hui ?

Portrait de BOWLING GREEN
27/avril/2008 - 08h52

Tout à fait d'accord avec toi !
Après sa déroute aux présidentielles, LE PEN avait quitté le devant de la scène... On ne le voyait plus ni ne l'entendait plus dans les médias..
En outre, son parti connait des difficultés financières énormes au point de mettre en vente le fameux "paquebot" du FN...
Ce n'est pas un hasard s'il a, à nouveau tenu ces propos infâmes et provocateurs : il voulait faire reparler de lui et revenir sur le devant de l'actualité !
Il a gagné son pari ! On ne parle plus que de çà depuis 3 jours !!!!

:twisted: :twisted: :twisted:

Les plus vus