20/06 13:06

Deux ressortissants Moldaves ont été interpellés après avoir tagué des cercueils sur la façade du quotidien "Le Figaro" à Paris en référence à la guerre en Ukraine

Deux ressortissants Moldaves ont été interpellés dans la nuit de mercredi à jeudi après avoir apposé six tags avec des cercueils sur la façade du quotidien Le Figaro en référence à la guerre en Ukraine, a-t-on appris de sources proches du dossier. Les "deux personnes de nationalité moldave" ont été interpellées par la sûreté territoriale "pour dégradations en réunion et association de malfaiteurs", a confirmé le parquet.

Les tags, réalisés au pochoir et à la peinture rouge, étaient accompagnés des inscriptions "Stop the Death, Mriya, Ukraine". Selon leurs premières déclarations, les deux suspects, en possession de passeports moldaves, ont affirmé avoir été payés une centaine d'euros pour effectuer ces tags, a ajouté l'une des sources proches du dossier. "Les bombes aérosols et les pochoirs ont été saisis", a précisé cette même source.

Six tags identiques ont été retrouvés jeudi matin sur la façade de l'Agence France-Presse, a constaté un journaliste de l'AFP. Par ailleurs, mardi et mercredi, des tags réalisés au pochoir et à la peinture noire, représentant des avions Mirage en forme de cercueil avec l'inscription "des Mirage pour l'Ukraine" - un visuel manifestement inspiré d'un dessin paru dans Charlie Hebdo - ont été retrouvés dans plusieurs arrondissements de la capitale, selon une source policière.

La sûreté territoriale est chargée d'une enquête pour dégradation en réunion et association de malfaiteurs, a précisé le parquet de Paris. Des affichettes comparables avaient déjà été découvertes lundi dernier au pied du siège de l'AFP. Les tags font écho à plusieurs autres affaires récentes, dont certaines ont connu un fort retentissement médiatique, en lien avec la guerre en Ukraine et entre le Hamas et Israël.

La semaine dernière, trois jeunes Moldaves, soupçonnés d'être les auteurs à Paris de tags représentant des cercueils avec l'inscription "Soldat français en Ukraine", ont été mis en examen par un juge d'instruction. Ils avaient été interpellés près du ministère de la Transformation et de la Fonction publique avec des aérosols et des pochoirs.

Début juin, trois autres hommes de nationalité étrangère avaient été soupçonnés d'avoir déposé des cercueils au pied de la tour Eiffel, mais ils n'ont pas été mis en examen à ce stade - ils ont été placés sous le statut plus favorable de témoin assisté. Les enquêteurs avaient démontré que l'un des interpellés avait un lien avec un protagoniste de l'affaire des "Mains rouges" taguées dans la nuit du 13 au 14 mai sur le Mémorial de la Shoah à Paris.

En octobre, la découverte d'étoiles de David taguées sur des immeubles en région parisienne avait fait craindre une contagion du conflit israélo-palestinien. Mais l'affaire, pour laquelle un couple de Moldaves a été interpellé, a finalement été imputée par les autorités françaises aux services de sécurité russes (FSB).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
20/juin/2024 - 18h29 - depuis l'application mobile

Dehors !