11/06 10:54

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice, suspendu depuis début mai, a été licencié "pour faute grave" par Radio France après avoir réitéré ses propos sur Benjamin Nétanyahou

Suspendu depuis début mai, l'humoriste Guillaume Meurice a finalement été licencié par Radio France, qui l'accuse de "déloyauté répétée" pour avoir réitéré ses propos polémiques sur le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. C'est la "fin d'un faux suspense", a-t-il estimé auprès de l'AFP, après que la radio publique lui eut notifié par courrier la "rupture anticipée de (son) contrat pour faute grave".

"Cette victoire, c'est avant tout la vôtre!", a-t-il posté sur X à destination de figures politiques (Marine Le Pen, Eric Zemmour) et médiatiques (Pascal Praud, Elisabeth Lévy...) classées très à droite, ainsi qu'à la rabbin et écrivaine Delphine Horvilleur.

"Cette décision, je l'ai prise pour déloyauté répétée à l'égard de l'entreprise", a justifié la présidente de Radio France, Sibyle Veil, dans un mail envoyé au personnel. "Ni la liberté d'expression, ni l'humour, n'ont jamais été menacés à Radio France", a-t-elle assuré, en reprochant à M. Meurice d'avoir "envenimé la polémique des mois durant".

L'humoriste au positionnement très à gauche avait eu le 16 mai un entretien préalable à un possible licenciement avec les ressources humaines de Radio France, puis était passé en commission de discipline le 30 mai, avant la décision annoncée mardi.

Figure de l'émission "Le grand dimanche soir", présentée par Charline Vanhoenacker, M. Meurice avait été écarté de l'antenne le 2 mai, quatre jours après avoir réitéré ses propos polémiques sur M. Netanyahu tenus une première fois fin octobre. Il l'avait comparé à une "sorte de nazi mais sans prépuce", ce qui avait déclenché des accusations d'antisémitisme et une plainte, finalement classée sans suite.

Ces propos avaient également valu à Radio France une mise en garde de l'Arcom, le régulateur de l'audiovisuel. "En réitérant finalement ses propos à l'antenne en avril, Guillaume Meurice a ignoré l'avertissement qu'il avait reçu, la mise en garde de l'Arcom et détourné la décision du procureur" de classer la plainte sans suite, a argumenté Mme Veil. "Il ne nous a pas laissé d'autre choix que de tirer les conséquences de son obstination et de sa déloyauté répétée", a-t-elle jugé.

La suspension de Guillaume Meurice avait provoqué une grève à France Inter le dimanche 12 mai. Fin mai, les syndicats de Radio France et la rédaction de France Inter avaient demandé à leur direction de renoncer "à une décision de licenciement" de l'humoriste, estimant que cela "créerait un précédent grave" pour "la liberté d'expression". Un argument récusé par Mme Veil. "Plusieurs chroniqueurs ont (...) librement exprimé sur nos antennes leur soutien à Guillaume Meurice.

Il y a quelques jours, l'un d'entre eux me comparait à Donald Trump et imaginait que mes décisions me faisaient l'usage d'un vibromasseur. Quand on entend cela, on peut se dire que la liberté d'expression a peu à craindre", a-t-elle fait valoir dans son message interne. Dans la foulée de cette annonce, un autre humoriste du "Grand dimanche soir", Aymeric Lompret, a annoncé qu'il quittait l'émission en signe de soutien à son collègue. "Plus Guillaume = plus Aymeric", a-t-il écrit sur le réseau social X.

De son côté, le syndicat Sud, auquel appartient M. Meurice, a vu dans ce licenciement une "faute grave de Sibyle Veil", avant les législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet où le Rassemblement national (RN) se présente en position de force. "Alors que l'extrême droite est aux portes du pouvoir, (...) votre décision fragilise considérablement l'ensemble de notre entreprise", a écrit Sud dans un communiqué interpellant Mme Veil.

"Première mesure du Front populaire: la réintégration de Guillaume Meurice à France Inter", a pour sa part assuré le député insoumis François Ruffin sur X, en référence au rassemblement envisagé par la gauche pour les législatives. Trois jours après l'annonce de son licenciement, Guillaume Meurice doit donner son prochain spectacle vendredi soir sur la scène du Cirque d'hiver à Paris, le jour de son 43e anniversaire.

Voici le mail envoyé par Sibyle Veil, la présidente de Radio France, aux salariés

Par courrier envoyé en fin de semaine dernière, Guillaume Meurice a été informé que nous mettions fin à son contrat avec Radio France. Cette décision, je l’ai prise pour déloyauté répétée à l’égard de l’entreprise. Je connais les interrogations que la procédure disciplinaire avait suscitées, c’est pourquoi je tiens à vous en expliquer les raisons.

D’abord, ni la liberté d’expression, ni l’humour, n’ont jamais été menacés à Radio France. Plusieurs chroniqueurs ont d’ailleurs librement exprimé sur nos antennes leur soutien à Guillaume Meurice. Il y a quelques jours, l’un d’entre eux me comparait à Donald Trump et imaginait que mes décisions me faisaient l’usage d’un vibromasseur. Quand on entend cela, on peut se dire que la liberté d’expression a peu à craindre.

La chronique de Guillaume Meurice du 29 octobre dernier avait conduit l’ARCOM à prendre une sanction à notre encontre. Il faut lire le texte de cette mise en garde : l’ARCOM estimait que cette chronique avait « porté atteinte au bon exercice par Radio France de ses missions et à la relation de confiance qu’elle se doit d’entretenir avec l’ensemble de ses auditeurs ».

Une sanction rare s’agissant d’une chronique d’humour et lourde de sens. Le procureur saisi d’une plainte a, quant à lui, expressément consenti aux plaignants le fait que « ces propos nourrissent la haine », quand bien même l’infraction pénale « d’appel ou d’exhortation à la haine ou à la violence » ne pouvait être démontrée.

Après sa chronique qui avait créé beaucoup d’émoi chez nos auditeurs, j’avais demandé à Guillaume Meurice de faire preuve de responsabilité en formulant un mot d’apaisement, à sa façon. Je considère que l’ouverture et l’écoute des auditeurs sont une force de cette maison, pas une faiblesse. Il a fait le choix inverse.

Au lieu d’apaiser, il a envenimé la polémique des mois durant. Dans son livre et dans ses interventions médiatiques, il a proféré des insinuations non seulement fausses mais gravement préjudiciables à France Inter et à Radio France, allant jusqu’à mettre en doute l’indépendance et l’impartialité de notre travail.

Au mépris de l’intérêt du collectif, il a nourri les arguments les plus infondés de nos détracteurs. En réitérant finalement ses propos à l’antenne en avril, Guillaume Meurice a ignoré l’avertissement qu’il avait reçu, la mise en garde de l’ARCOM et détourné la décision du procureur. Il ne nous a pas laissé d’autre choix que de tirer les conséquences de son obstination et de sa déloyauté répétée. J’aimerais enfin rappeler ce qui doit guider l’action de tous ceux qui travaillent à Radio France.

Nous sommes dépositaires de quelque chose de plus grand que nous, le service public et ses valeurs : chacun de nous doit intégrer ce que cela implique. Nous nous inscrivons à ce titre dans un cadre légal, réglementaire, déontologique qui s’impose à nous et que nous nous devons de respecter.

Enfin, nous ne pouvons ignorer l’état de la société. Nous devons avoir le souci de ne pas abimer davantage une société déjà traversée par bien des divisions et des fractures. Le droit à l’erreur vaut pour tous et vaut bien sûr dans le domaine de l’humour. Mais le sens du bien commun vaut également pour tous y compris pour les humoristes.

Je tenais à vous donner ces éléments de compréhension.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de PhilRAI
11/juin/2024 - 23h56

Il n'avait pas compris qu'il ne devait se moquer que de ceux qui lui étaient désignés ! 

Portrait de Danton-Fillon
11/juin/2024 - 23h15

Au fait, quelqu'un a des nouvelles de TeX ?

Portrait de cmeta
11/juin/2024 - 20h32

enfin une bonne nouvelle, d'abord ce n'a jamais été un humoriste je crois, et enfin quelqu'un à radio france prend une vraie décision c'est à noter

Portrait de YVESM
11/juin/2024 - 19h25

Futur candidat LFI, à la députation à Villejuif ?

 

Portrait de dede35
11/juin/2024 - 18h32

Il aura sa place chez Hanouna

Portrait de maudav
11/juin/2024 - 16h27
COLIN33 a écrit :

il ouvre la marche de ceux qui seront licenciés quand le RN va être au pouvoir, la privatisation va en écarter un grand nombre

Quel bonheur !!!!! Que mes impôts ne servent plus à payer ces pseudo comiques, quel bonheur !!!

 

Portrait de EDEN12
11/juin/2024 - 14h57

Déjà il est pas humoriste !! il fait rire que sa petite bande de bobos islamo gauchise antisémite de sa radio.

Et enfin une bonne décision, qui malgré tout aurait du être prise à sa première "blague" qui n'a fait rire que lui ! il a de la chance, la loi sur les indemnisations chômage est suspendue pour le moment 

Portrait de elliot57
11/juin/2024 - 14h51

SVP arrêtez juste de l 'appeler humoriste car c 'est loin même très loin d 'en être un .. 

Portrait de MICMAH458
11/juin/2024 - 14h44
Moraline a écrit :

Pure calomnie.

Que vous n'aimiez pas Meurice ne vous autorise pas à mentir de cette façon.

Aymeric Lompret, Guiédré, Djamil Le Shlag, Laélia Véron (pour l'instant) ne sont plus à l'antenne.

Tout le reste c'est de la subjectivité. Le jour ou vous serez chef de la police de l'humour on pourra en rediscuter bien évidemment.

Bien évidemment que c'est subjectif, et donc vous ne devriez pas vous autoriser à traiter les gens de menteurs : vous en connaissez beaucoup, vous, des types qui démissionnent par solidarité envers l'un de leurs collègues ?  Aucun, et probablement pas dans ce milieu non plus.  Je relève aussi que si tous les rigolos que vous citez ont le don de vous faire rire, grand bien vous fasse.

Portrait de Le Suisse
11/juin/2024 - 14h27
COLIN33 a écrit :

il ouvre la marche de ceux qui seront licenciés quand le RN va être au pouvoir, la privatisation va en écarter un grand nombre

En général dans le privé on est effectivement obligé de bosser et d'avoir des compétences... ce qui n'est pas forcéement obligatoire dans le public...

Portrait de Moraline
11/juin/2024 - 13h30
MICMAH458 a écrit :

Hélas, ces humoristes "auto-proclamés", sans aucun talent même pas celui de faire rire, n'ont aucun esprit de solidarité.  Quand la pourriture est dans le fruit, c'est chacun pour soi afin de garder le plus longtemps possible la paie de fin de mois, largement pas méritée soit dit en passant au vu des "talents" dont il est question.

Pure calomnie.

Que vous n'aimiez pas Meurice ne vous autorise pas à mentir de cette façon.

Aymeric Lompret, Guiédré, Djamil Le Shlag, Laélia Véron (pour l'instant) ne sont plus à l'antenne.

Tout le reste c'est de la subjectivité. Le jour ou vous serez chef de la police de l'humour on pourra en rediscuter bien évidemment.

Portrait de MICMAH458
11/juin/2024 - 13h12
Raymond C a écrit :

Espérons une vague de démissions en solidarité parmi son ex-équipe de pas drôles.

Je commence à bien l'aimer ce mois de juin...

Hélas, ces humoristes "auto-proclamés", sans aucun talent même pas celui de faire rire, n'ont aucun esprit de solidarité.  Quand la pourriture est dans le fruit, c'est chacun pour soi afin de garder le plus longtemps possible la paie de fin de mois, largement pas méritée soit dit en passant au vu des "talents" dont il est question.

Portrait de Raymond C
11/juin/2024 - 12h29

Espérons une vague de démissions en solidarité parmi son ex-équipe de pas drôles.

Je commence à bien l'aimer ce mois de juin...

Portrait de Beguin
11/juin/2024 - 23h00
garlaban a écrit :

On va le retrouver sur la liste LFI

Sûrement, il a deja rejoint le prépuce de melenchonne

Portrait de Archimedes
11/juin/2024 - 12h22

Virez les tous ! Privatisez  France inter ! On ne veut plus de ces collabos du nazislamisme.

Portrait de COLIN33
11/juin/2024 - 11h49 - depuis l'application mobile

il ouvre la marche de ceux qui seront licenciés quand le RN va être au pouvoir, la privatisation va en écarter un grand nombre

Portrait de L'innocent.
11/juin/2024 - 11h39

Il est n'innocentsmiley

Portrait de Justemonavis
11/juin/2024 - 11h33

 Un mail d'explications qui a le mérite de bien expliquer le contexte. Sanction amplement mérité depuis des mois.

Portrait de vixen87
11/juin/2024 - 11h08

Vu comment il avait humilié l'autorité de la direction. Ils ont quand même réagit.

Je pensais qu'ils allaient rien faire mais je me suis trompé.

Portrait de garlaban
11/juin/2024 - 11h06

On va le retrouver sur la liste LFI

Portrait de Kiwi75
11/juin/2024 - 11h05

Ça aurait du être fait il y a longtemps... 

Portrait de Fred4000
11/juin/2024 - 10h58

Très bien