05/06 17:32

Européennes: Raphaël Glucksmann dénonce la «haine antisémite» dont il fait l'objet, après la découverte d'affiches de campagne taguées avec des croix gammées dans plusieurs villes

La tête de liste PS/Place publique Raphaël Glucksmann a dénoncé sur Instagram la «haine antisémite» dont il fait l'objet, après la découverte de plusieurs affiches de campagne taguées avec des croix gammées dans plusieurs villes. Des affiches avec des svastikas et parfois les mots «Israël » ou «sale sioniste», ont été découvertes ces derniers jours dans plusieurs villes, notamment à Angers, Nantes, Marseille, Carpentras et Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine), a précisé son équipe de campagne.

Une plainte sera déposée jeudi par le directeur de campagne, Éric Andrieu, selon la même source. «Nous avons face à nous de la haine antisémite», écrit l'eurodéputé, déplorant «les mêmes messages de haine, par milliers, sur les réseaux sociaux. Les mêmes manipulations et les mensonges répétés ad nauseam depuis des mois». «Qu'est-ce qui pousse des gens à écrire “Israël“ ou “sale sioniste“ sur mon front?», interroge-t-il. «Qu'est-ce qui explique que je sois le seul responsable politique dont les affiches sont taguées de croix gammées ou le seul responsable politique à se retrouver parmi une liste de personnes à “boycotter“ sur Instagram alors que tant d'autres s'opposent aux pressions sur le gouvernement israélien et à la reconnaissance immédiate de l'État palestinien que je prône?», poursuit-il.

Il affirme que ce ne sont pas ses actions, ni ses écrits, puisqu'il a «voté et milité pour un cessez-le-feu immédiat et la libération des otages», ou encore poussé «pour des sanctions contre le gouvernement israélien et la reconnaissance de l'État palestinien». «La réponse est aussi douloureuse qu'évidente: mon nom. Glucksmann. Un nom juif», assène l'eurodéputé, qui remarque qu'«avec un autre nom, les attaques n'auraient pas été les mêmes. Ni dans leur intensité, ni dans leurs tournures.»

La tête de liste «lance un appel pour une éthique démocratique». «La compétition électorale n'autorise pas tout», affirme-t-il, déplorant «les propos volontairement tronqués», «les visuels mensongers» et «les tags abjects sur les affiches d'un candidat». «Nous avons le droit d'être en désaccord, mais nous n'avons pas le droit de mentir aux citoyens sur nous-même et sur les autres», poursuit-il.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
6/juin/2024 - 13h07

Se victimiser juste avant le scrutin, très bonne stratégie de sa part.

Portrait de Beguin
6/juin/2024 - 15h08

Pourtant, ce socialo est très complaisant avec l'accueil des migrants. C'est dans son programme.  Accueillir. Terre d'asile...ect....

Portrait de LORDERIC
5/juin/2024 - 23h39

Ca me rappelle la blague qui disait que, même dans la persécution et la haine, les juifs sont le peuple élu !

D'abord les juifs, puis les presque juifs, puis les judéochrétiens et pour finir, les chrétiens : ces gens-là ne supportent pas le miroir qui leur renvoie leur médiocrité, ce qui explique pourquoi ils veulent voiler ce miroir...ou le détruire !

 

Portrait de COLIN33
5/juin/2024 - 21h10 - depuis l'application mobile

LA NUPES EST AU FOND DU TROU !

Portrait de Raymond C
5/juin/2024 - 19h00

J'imagine qu'il s'esclaffait quand sa copine Charline Vanhoenacker invitait les gens à dessiner une moustache d'Hitler sur les affiches de Zemmour il y a deux ans ?

Portrait de Orwell2024
5/juin/2024 - 17h39

La NUPES a quelque divergence sémantique et antisémite , M Glucksmann ?  

Portrait de Ma vision des choses
5/juin/2024 - 17h36

Mais puisque Mélenchon (votre ami d'extrême gauche) vous dit que les actes antisémites n'existent pas !