28/05 10:01

La majorité se déchire après les propos de sa députée Maud Brégeon faisant le lien entre délinquance et immigration, allant à l'encontre des propos de la tête de liste Valérie Hayer (CNews)

Ce sont des propos tenus hier sur Cnews qui mettent le feu dans la majorité présidentielle et ce matin, dans le JDD et sur CNews, Gauthier le Bret révèle cette fronde, au sein de du groupe Renaissance, contre la députée.

Maud Bregeon a fait hier le lien entre l'insécurité et l'immigration, "exacerbant les fractures et déclenchant une tempête de réactions parmi les députés macronistes, à l'approche des européennes" selon Gauthier Le Bret, le journaliste politique de la CNews.

Sur une boucle Telegram interne à la majorité, le ton monte. . Une députée va jusqu’à qualifier Maud Bregeon de « lepénisée », ajoutant que ce n’est pas « un problème d’immigration mais de racisme ». Un député laisse éclater son malaise : « Sur la forme, je suis toujours très mal à l'aise quand, sur cette boucle de collègues, on pilonne l'un ou l'une de la sorte. »

La  députée des Hauts-de-Seine, Maud Bregeon, avait déclaré « qu'il faut être extrêmement ferme et lucide… Il y a aujourd'hui en France, un lien entre insécurité et immigration et il faut être aveugle pour affirmer le contraire. ».

L'élue macroniste a appelé à « regarder les choses en face » après l'attaque au couteau survenue ce dimanche 27 mai à Lyon, pour laquelle un ressortissant marocain en situation irrégulière a été interpellé.

La porte-parole du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale assume ses propos en apportant des précisions : « cela ne signifie pas qu'on essentialise les gens. Un étranger n'est pas forcément égal à un délinquant. Mais néanmoins il y a parfois un lien. Le président de la République l'a dit, le ministre de l'Intérieur l'a dit. Et ça doit nous amener à être encore plus fermes dans les réponses pénales et dans le renvoi des personnes qui n'ont rien à faire sur le sol français », conclut-elle.

À l'inverse, Valérie Hayer refusait de faire ce lien.

« Moi je n'essentialise pas les gens. Je ne fais pas de lien, comme le fait le Rassemblement national, entre délinquance et immigration », défendait-elle sur Europe 1, soulignant que les statistiques ethniques étaient interdites en France.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de EDEN12
31/mai/2024 - 14h34

Elle va se faire virer celle là des Macronistes !! Il reste de la place chez les LR ou RN si elle veut 

Portrait de bruno.13
28/mai/2024 - 19h16

Et pourtant, c'est l'évidence même. On peut le reconnaître sans être raciste : ce n'est qu'un fait !

Portrait de bergil
28/mai/2024 - 15h22

Dans la macronie , il n'est pas bon de dire ce que l'on pense surtout si c'est l'évidence !

Portrait de PhilRAI
28/mai/2024 - 10h42

Quand je pense que le FN l'avait déjà constaté il y a plusieurs dizaines d'années et que des juges l'ont condamné pour cela pour racisme, discrimination et toutes ces conneries.

Portrait de GLGD
28/mai/2024 - 10h09

C'est leur ministre de l'intérieur qui l'avait reconnu avant elle.

Et encore avant, les procureurs de Bordeaux, de Paris, de Rennes, de Lyon, la préfecture de police de Paris, le service statistique du ministère de l'intérieur, le service du Premier Ministre France Stratégie, les renseignements intérieurs, l'ont déjà tous confirmé, chiffres à l'appui.