08/05 18:01

Le ministère britannique de la Défense a été la cible d’une cyberattaque visant le système de paie des militaires, a indiqué le gouvernement, déclenchant de nouvelles accusations contre la Chine

Le ministère britannique de la Défense a été la cible d’une cyberattaque visant le système de paie des militaires, a indiqué le gouvernement, déclenchant de nouvelles accusations contre la Chine, que celle-ci a fermement rejetées.

La violation de données concerne les noms et les données bancaires de membres des forces armées, exerçant aussi bien dans la marine, que dans les armées de terre et de l’air, et de celles d’anciens combattants, selon la télévision Sky News. Des adresses personnelles figureraient aussi dans ces données.

Selon plusieurs médias, le gouvernement soupçonne la Chine d’être derrière la cyberattaque. Représentant le gouvernement sur les médias britanniques mardi matin, le ministre du Travail, Mel Stride, a dit ne pas pouvoir « affirmer » que Pékin était responsable. « Il s’agit d’une hypothèse », a-t-il cependant ajouté.

Alors que les relations entre Londres et Pékin se sont considérablement dégradées ces dernières années, le gouvernement chinois représente un « défi historique » et « nos yeux sont grands ouverts en ce qui concerne la Chine », a poursuivi le ministre. Pékin a rapidement et fermement réagi. « Les commentaires des hommes politiques britanniques concernés sont d’une absurdité totale », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Lin Jian.

« La Chine s’est toujours fermement opposée à tous les types de cyberattaques et les a toujours fermement réprimées », a-t-il affirmé.

Les autorités britanniques ont découvert la cyberattaque ces derniers jours, selon plusieurs médias britanniques. Les pirates n’auraient pas récupéré de données du système.

« Le ministère de la Défense a agi très rapidement pour mettre hors ligne la base de données » ciblée par l’attaque, a dit Mel Stride, le ministre du Travail. La cible n’est pas, a-t-il précisé, une base de données du ministère de la Défense mais celle d’un tiers.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions