10/05 16:16

L’Agence américaine de l’aviation civile ouvre une enquête sur Boeing afin de déterminer si l’avionneur a effectué les inspections requises de ses emblématiques 787 Dreamliner

L’Agence américaine de l’aviation civile (FAA) a annoncé l’ouverture d’une enquête sur Boeing, afin de déterminer si l’avionneur avait effectué les inspections requises de ses emblématiques 787 « Dreamliner », et si des documents avaient été falsifiés par des employés.

Cette investigation vise notamment à savoir si Boeing a correctement mené les inspections obligatoires quant à la jonction des ailes au fuselage « sur certains avions 787 Dreamliner », a indiqué la FAA dans un courrier électronique.

L’agence précise qu’elle « enquête pour savoir si Boeing a effectué les inspections et si des employés de l’entreprise ont pu falsifier les documents liés à l’avion ».

Cette enquête a été ouverte après que Boeing eut informé l’agence « en avril qu’elle n’avait peut-être pas effectué les inspections requises ».

Le constructeur aéronautique « ré-inspecte tous les appareils 787 encore en production et doit également élaborer un plan pour s’occuper de la flotte en service », ajoute la FAA.

Le 787 Dreamliner et le 737 MAX ont subi moult problèmes de production depuis 2023, qui ont freiné les livraisons de l’avionneur. Cela a contraint plusieurs compagnies aériennes à modifier leurs plannings de vol pour 2024.

Scott Stocker, responsable du programme 787, a envoyé le 29 avril un email à ses employés de Boeing en Caroline du Sud, où sont fabriqués ces appareils, les informant qu’un « coéquipier a vu ce qui semblait être une irrégularité dans un test de conformité requis au niveau de la jonction du corps de l’aile ».

« Il en a parlé à son manager, qui l’a portée à l’attention de la haute direction », a-t-il ajouté.

« Nous avons rapidement examiné l’affaire et avons appris que plusieurs personnes avaient enfreint les politiques de l’entreprise en n’effectuant pas un test requis, mais en enregistrant le travail comme étant terminé », a encore écrit Scott Stocker.

Il a assuré que l’« équipe d’ingénieurs (de Boeing) a évalué que cette faute n’avait pas créé de problème immédiat de sécurité des vols ».

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions