20/04 17:31

Les pouvoirs publics font preuve d’un "attentisme scandaleux" s’agissant du respect des droits des personnes handicapées, dénoncent plusieurs associations qui appellent à des "actions concrètes"

Les pouvoirs publics font preuve d’un « attentisme scandaleux » s’agissant du respect des droits des personnes handicapées, dénoncent plusieurs associations qui appellent à des « actions concrètes » et « des investissements à la hauteur ». Ce « cri d’alarme » de l’Unapei, de l’APF France handicap, de l’Unafam et de la Fnath, est lancé un an jour pour jour après l’avis du Conseil de l’Europe concluant à la violation par la France de plusieurs articles de la charte sociale européenne.

Le Conseil de l’Europe avait notamment cité le manque de places en structures d’accueil pour personnes handicapées, l’insuffisance des aides financières et l’inaccessibilité des bâtiments ou moyens de transport. Y étaient également pointés du doigt l’insuffisante inclusion des élèves handicapés dans les écoles ordinaires, ou encore le « nombre élevé de cas de refus de soins » en matière de santé.

Un an plus tard, « force est de constater que les droits des personnes en situation de handicap et de leurs familles ne sont toujours pas respectés », dénoncent les quatre associations dans un communiqué commun. Elles fustigent un « attentisme des pouvoirs publics scandaleux au regard des conditions de vie dégradées des personnes en situation de handicap et de leurs familles ».

Face à ce constat, les associations appellent « à ce que les requêtes formulées lors de la Conférence nationale du handicap se traduisent en actions concrètes et en investissements budgétaires à la hauteur des besoins et des attentes ». « Combien de temps les personnes en situation de handicap et leurs proches devront-ils pallier les manquements de l’Etat, accepter des conditions de vie dégradées et être exclus de la société ? », s’interrogent-elles.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de gargantua
21/avril/2024 - 08h16

l'Etat n'en à rien à cirer des handicapés et c'est scandaleux