03/04 11:35

Une élève de 14 ans gravement blessée après avoir été rouée de coups devant un collège de Montpellier - Une mineure scolarisée dans le même établissement interpellée

Hier après-midi, une élève de 14 ans a été rouée de coups devant le collège Arthur Rimbaud, à Montpellier (Hérault), par un groupe de trois individus, indique ce matin le tribunal judiciaire dans un communiqué. "Gravement blessée, elle a été admise dans la soirée au CHU Lapeyronie. Son pronostic vital n'est désormais plus engagé", précise-t-il.

Et d'ajouter : "Le parquet a saisi la brigade « atteintes aux personnes » du service local de police judiciaire de Montpellier. L'une des personnes mises en cause, une mineure de 14 ans scolarisée dans le même établissement, vient d'être interpellée. Les investigations se poursuivent afin d'identifier les autres mis en cause, de déterminer le mobile et le déroulement exact des faits".

"Selon des collégiens, des posts ont circulé le week-end de Pâques sur les réseaux sociaux pour organiser cette violente virée devant ce collège de Montpellier et appelant à tabasser une élève", indique Actu Métropolitain. D'après nos confères, des élèves ainsi que des parents se sont rassemblés dans la matinée devant l'établissement scolaire.

En milieu de matinée, le préfet de l'Hérault s'est exprimé sur X. "Je dénonce avec la plus grande fermeté l’agression dont a été victime une jeune fille hier soir devant le collège Rimbaud de Montpellier. Tout est mis en œuvre pour retrouver les agresseurs en lien avec la police nationale qui est saisie", explique-t-il en précisant se rendre avec la rectrice dans le collège "pour rencontrer l’équipe enseignante et les familles".

.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de sandra666
3/avril/2024 - 16h57

Comment ils disent ? Ha oui, une "Karen".

Dégagez moi tout ça dans leur environnement naturel : en Syrie.

Merci.

Portrait de Justemonavis
3/avril/2024 - 12h29

Maison de correction fermée pendant quelques années.

 

Ha pardon on est en France : La victime devra donc payer les frais d'enquête.