23/02 10:31

L’avocate d’une plaignante de Gérard Miller raconte dans "TPMP" : "Ma cliente s’est retrouvée allongée sur un lit et il lui a imposé une masturbation et une fellation" - Regardez

Hier soir, Maitre Marie-Paule Pioli, avocate de l’une des victimes présumées de Gérard Miller, était l’invitée de "Touche pas à mon poste" sur C8. Sur le plateau, elle a parlé de sa cliente qui a porté plainte pour viol contre le psychanalyste. A l'époque, elle était âgée de 17 ans.

"Ma cliente n'a pas bu d'alcool. Elle a ce brunch avec Laurent Ruquier et Gérard Miller où elle se désaltère. Elle va chez Gérard Miller et elle se sent lourde, comme groggy. Elle s'est retrouvée allongée sur un lit et il lui a demandé s'il était sa première relation sexuelle. Puis il lui a imposé une masturbation et une fellation", a-t-elle expliqué.

Et d'ajouter : "Lors de cette troisième rencontre, elle n'a pas souvenir d'avoir subi une séance d'hypnose. Comme dans toutes les plaintes, vous avez des éléments qui concordent : toutes parlent de la pièce japonaise, certaines parlent d'alcool". "Aujourd'hui, ma cliente est fière d'avoir porté plainte, elle est fière de représenter un nouveau mouvement qui va peut-être permettre d'éduquer nos enfants à plus de respect. Elle est soulagée", a conclu Marie-Paule Pioli.

Une enquête a été ouverte après des accusations de "viols et agressions sexuelles, parfois sur victimes mineures" visant le psychanalyste Gérard Miller, a indiqué vendredi le parquet de Paris, qui a reçu six signalements de femmes. Le psychanalyste et chroniqueur, 75 ans, s'était défendu dans une lettre au moment des premières accusations parues dans la presse fin janvier, affirmant avoir "la conviction de n'avoir contraint personne".

En détail, le parquet a été destinataire, à la date de jeudi, de six signalements reçus "par courrier ou au sein d'un commissariat suivi d'un compte-rendu au parquet de femmes déclarant avoir subi des gestes a minima sexués de la part de Gérard Miller, auxquels elles relatent ne pas avoir donné leur consentement, entre 1995 et 2005", a-t-il précisé, confirmant une information du magazine Elle.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Sebber
23/février/2024 - 11h11

Le grand tribunal médiatique joue son jeu.. il faudrait légiférer pour que toute sortie médiatique sur un dossier judiciaire aboutisse à un non lieu quoiqu'il en soit.... il y en a marre de ces déversements médiatiques qui accusent et élimine toute défense possible ... l'accusé n'a plus de présomption d'innocence..; et ces mêmes avocats vont réclamer cette fameuse présomption d'innocence dans d'autres cas... juste honteux