14/02 13:31

La députée écologiste Sandrine Rousseau, connue pour son combat féministe, estime avoir été trahie "fondamentalement" par Gérard Miller, accusé par plusieurs femmes de viols

La députée écologiste Sandrine Rousseau, connue pour son combat féministe, estime dans le magazine Elle avoir été trahie "fondamentalement" par Gérard Miller, accusé par plusieurs femmes de viols et d'agressions sexuelles, qu'il dément. Le célèbre psychanalyste et chroniqueur, engagé à gauche auprès de La France insoumise (LFI), a aussi soutenu politiquement la députée écologiste, notamment lors de la campagne des primaires pour l'élection présidentielle en 2021.

Interrogée par Elle, qui a révélé les accusations, pour savoir si elle se sentait trahie, Sandrine Rousseau répond: "Absolument, totalement, fondamentalement". Elle explique avoir "l'habitude de ces hommes qui viennent s'acheter une crédibilité féministe en s'affichant avec moi". Après voir lu les articles de Elle sur l'affaire, elle raconte s'être demandé : "+Que vont penser les femmes d'avoir vu Gérard Miller s'afficher avec moi ?+. Je leur présente mes excuses, même si je ne savais rien".

La députée, qui était surtout amie avec la fille de Gérard Miller, Coralie, avait uniquement réagi jusqu'à présent par un tweet de soutien aux victimes, une semaine après les premières révélations sur l'affaire. Elle explique avoir eu besoin de temps pour "pouvoir poser une parole qui a du poids. (...) C'est un temps pour pouvoir encaisser le choc et poser les mots qui permettent de faire avancer". Elle note aussi "une sidération" de la part d'élus de la Nupes, qui ont peu réagi sur l'affaire.

"C'est plus difficile quand cela arrive au sein de votre famille politique" et "c'est un silence un peu honteux aussi. On n'est pas fiers d'avoir ça chez nous". Sandrine Rousseau remarque que "sur cette question des violences faites aux femmes et du sexisme", elle n'a "pas grand monde sur qui compter". "Je suis très seule", dit-elle.

"C'est comme une espèce de peau de chagrin. Il y a de moins en moins de personnes sur lesquelles s'appuyer. C'est comme une île qui serait gagnée par les eaux". Alors que Gérard Miller a beaucoup mis en avant ses positions progressistes notamment à propos de Metoo et des violences faites aux femmes, elle dit avoir "envie d'hurler" et "de lui dire :+Vous ne vous rendez pas compte du mal que vous faites, c'est odieux !+".

"Si même les alliés s'avèrent être des agresseurs ou des violeurs potentiels, sur qui s'appuyer ?", demande-t-elle jugeant que "c'est un combat dans lequel on ne peut compter sur aucun homme".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greenday2013
15/février/2024 - 12h58

Les agresseurs sont particulièrement bien représentés à la Nupes.

Portrait de Beguin
15/février/2024 - 08h11
COLIN33 a écrit :

j'espère pour lui qu'il n'a pas abusé de cette pauvresse plus dangereuse que la peste

Non, son  trip c'est des filles jeunes

Portrait de Beguin
15/février/2024 - 08h07

Elle a mis du temps à réagir.  

Portrait de 8Gako8
14/février/2024 - 18h45

a les donneurs de leçons de la LFi qui n'applique pas a eux même ce qu'il demande (faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais) smiley

Portrait de San Antonio
14/février/2024 - 14h48 - depuis l'application mobile

Le camp du bien , cette gauche progressiste, en prend un coup dans l’aile.

Portrait de Ma vision des choses
14/février/2024 - 14h02

Tiens, elle assure ses arrières ? Doit-on encore lui expliquer qu'il y a présomption d'innocence (même si j'exècre cet individu qu'est Gérard Miller) ? Ça y est elle l'a déjà condamné ?

Portrait de nicozig
14/février/2024 - 13h56

Ca ne la dérange pas trop de s'afficher avec adrien quatennens par contre?

Portrait de COLIN33
14/février/2024 - 13h45 - depuis l'application mobile

j'espère pour lui qu'il n'a pas abusé de cette pauvresse plus dangereuse que la peste