09/02 14:02

Les bureaux du géant des télécoms chinois Huawei ont été perquisitionnés le 6 février dernier en France dans une procédure portant sur des soupçons d'atteintes à la probité

Les bureaux du géant des télécoms chinois Huawei ont été perquisitionnés le 6 février en France dans une procédure portant sur des soupçons d'atteintes à la probité, a indiqué jeudi une source judiciaire. Confirmant un article du média en ligne L'Informé, cette source a précisé que cette enquête préliminaire était menée par des magistrats du Parquet national financier (PNF).

Il n'était pas possible dans l'immédiat d'avoir plus de détails sur les faits reprochés à la société, dont le siège français est situé à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), à quelques pas du périphérique parisien. Les atteintes à la probité regroupent les infractions telles que la corruption, le trafic d'influence ou la prise illégale d'intérêts.

Challenges avait annoncé en avril 2022 qu'après un signalement en janvier 2021 de l'Agence française anticorruption (AFA) sur de possibles abus de bien sociaux et de la fraude fiscale, une enquête préliminaire avait été ouverte à Nanterre sur Huawei, confiée à la Brigade financière de Paris. Mais la source judiciaire a indiqué jeudi qu'il ne s'agissait "pas d'une enquête émanant de Nanterre sur signalement de l'AFA".

Arrivé en 2003 en France, où le groupe chinois a ouvert six centres de recherche et un centre mondial de design à Paris, Huawei fait en ce moment construire une usine en Alsace, sa première hors de Chine, avec l'objectif d'y débuter "fin 2025" sa production d'équipements pour réseaux télécoms mobiles, notamment 5G.

L'entreprise revendique une part de 20% du marché français des infrastructures télécoms, malgré les fortes restrictions issues de la loi dite "anti-Huawei" de 2019, visant à prémunir les réseaux français de "risques d'espionnage, de piratage et de sabotage" permis par la 5G.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions