08/02 11:02

L'Assemblée nationale a adopté en première lecture un texte sénatorial visant à mieux protéger les élus locaux, de plus en plus confrontés à des violences

L'Assemblée nationale a adopté mercredi en première lecture un texte sénatorial visant à mieux protéger les élus locaux, de plus en plus confrontés à des violences, en durcissant notamment les sanctions pénales contre leurs auteurs. Cette proposition de loi, adoptée à une large majorité, "c'est le refus du fatalisme, de la banalisation et de l'impunité" et "un message de reconnaissance envers les maires et les élus locaux", s'est réjouie la rapporteure Renaissance Violette Spillebout.

Après les retouches de l'Assemblée au texte adopté au Sénat, les deux chambres vont désormais devoir s'entendre sur une version commune. L'une des mesures phares est l'alignement des sanctions prévues, en cas de violence contre des élus locaux, sur celles prévues pour des violences à l'encontre de dépositaires de l'autorité publique, comme les policiers. Une "surenchère pénale" inutile, a protesté LFI, seul groupe à voter contre le texte.

Tous les autres groupes politiques ont apporté leur soutien, y compris le RN, malgré sa "déception" face à des sanctions jugées insuffisantes. Le texte crée aussi une peine de travail d'intérêt général en cas d'injures publiques contre des personnes dépositaires de l'autorité publique, et les élus locaux, une mesure étendue par les députés aux outrages et à la diffamation. Une circonstance aggravante a été prévue pour les cas de harcèlement, notamment en ligne, lorsque la victime est titulaire d'un mandat électif.

Malgré des critiques, les députés ont aussi validé l'allongement, de trois mois à un an, des délais de prescription en cas d'injures et de diffamation publique quand elles visent un élu ou un candidat à un mandat. Ces délits sont prévus dans la loi de 1881 sur la liberté de la presse, et des députés ont, comme le gouvernement, exprimé leurs réticences à toucher à ce texte emblématique pour ces seuls cas.

Les élus "sont bien plus largement exposés" que les particuliers, a défendu Violette Spillebout. Soulignant que la prescription étendue à un an existait déjà pour des particuliers injuriés ou diffamés "en raison de leur origine, de leur religion ou de leur genre".

Pour l'Association des avocats praticiens du droit de la presse, en revanche, cette mesure votée "en catimini" revient à "anéantir un pilier de la loi sur la presse" et à "brider la critique à l'égard des élus". Le délai de prescription de trois mois, en vigueur jusqu'à présent, contribue à "garantir la liberté de l'information" en épargnant aux journalistes "l'épée de Damoclès d'une poursuite pendant une trop longue période".

En portant la prescription à un an, "les députés et sénateurs se votent une loi sur mesure" pour mieux "attaquer ceux qui les critiquent", a estimé dans un communiqué cette association, qui appelle le Parlement à renoncer à une mesure "profondément antidémocratique". Dans le texte adopté mercredi, l'Assemblée nationale a par ailleurs donné son feu vert à la création d'une circonstance aggravante quand des atteintes à la vie privée d'un candidat à un mandat local sont commises pendant une campagne.

Parmi les autres mesures figure l'octroi automatique de la "protection fonctionnelle" aux maires et élus municipaux ayant un mandat exécutif, quand ils sont victimes d'agressions ou d'injures. La rapporteure en a appelé au gouvernement pour pouvoir étendre ultérieurement à tous les élus locaux ce dispositif de prise en charge de mesures de protection et d'assistance.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions