30/01 18:31

Trois journalistes de Radio France et Disclose ont échappé à une mise en examen à Paris après avoir été soupçonnés d'avoir révélé en 2018 l'identité d'un membre des forces spéciales

Trois journalistes de Radio France et Disclose ont échappé  à une mise en examen à Paris après avoir été soupçonnés d'avoir révélé en 2018 l'identité d'un membre des forces spéciales soupçonné de favoritisme et qui avait porté plainte, a-t-on appris de sources proches du dossier. Ils étaient placés sous le statut de témoin assisté. Benoît Collombat et Geoffrey Livolsi, auteurs de l'enquête "Transport aérien: soupçons de trafic d'influence dans l'armée" française publiée en mars 2018 par Radio France, étaient convoqués au tribunal judiciaire de Paris en compagnie de Jacques Monin, directeur des enquêtes et de l'investigation du groupe radiophonique public.

Il leur était reproché d'avoir révélé ou divulgué une information permettant d'identifier un membre d'une unité des forces spéciales ou de l'état-major du commandement des opérations spéciales, une infraction passible de cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

D'après les sources proches du dossier, le parquet de Paris avait requis le 24 janvier leur mise en examen. Mais le juge d'instruction saisi a choisi mardi de les placer sous le statut de témoin assisté, estimant qu'ils n'avaient "aucunement précisé que le plaignant serait membre d'une unité des forces spéciales ni membre de l'état-major du Commandement des opérations spéciales".

"Aucune intention délictuelle (...) n'apparaît établie alors que la volonté première" des auteurs de l'article "était d'informer", souligne encore le juge selon les mêmes sources. Sollicités par l'AFP, les trois journalistes n'ont pas souhaité commenter à ce stade, pas plus que leurs avocats.

Les trois journalistes avaient déjà été entendus en audition libre en décembre 2022 dans les locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), dans le cadre de l'information judiciaire ouverte en 2018.

Cette première convocation avait suscité de nombreuses critiques de la part de défenseurs de la liberté de la presse.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de BREIZ Mike
30/janvier/2024 - 22h22

C'est le service public donc on passe à côté bizarrement.