23/01 11:46

Le président du Sénat Gérard Larcher s’est dit opposé à l’inscription de l’IVG dans la Constitution, promesse d’Emmanuel Macron qui sera débattue à l’Assemblée demain avant d’être examinée par le Sénat - Regardez

Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) s’est dit mardi opposé à l’inscription de l’IVG dans la Constitution, promesse d’Emmanuel Macron qui sera débattue à l’Assemblée mercredi avant d’être examinée ensuite par le Sénat. « L’IVG n’est pas menacée dans notre pays. S’il était menacé, croyez-moi, je me battrai pour qu’il soit maintenu. Mais je pense que la Constitution n’est pas un catalogue de droits sociaux et sociétaux », a argumenté le président du Sénat sur Franceinfo.

Avant une adoption par le Congrès, réunissant députés et sénateurs, un projet de révision constitutionnelle doit d’abord être voté dans les mêmes termes par l’Assemblée nationale et le Sénat. « Par tradition, je ne vote pas, mais je vous donne un avis très personnel. En conscience, je pense que la Constitution, ce n’est pas ce catalogue-là », a-t-il répété.

En cas d’adoption probable dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale mercredi, le texte irait ensuite au Sénat avant une éventuelle adoption par le Congrès début mars par une majorité des trois-cinquièmes. Sur fond d’inquiétude sur les remises en cause de l’interruption volontaire de la grossesse dans le monde, et notamment aux États-Unis, le texte du gouvernement prévoit d’inscrire dans la Constitution le fait que « la loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours » à l’IVG.

Il tente de trouver une voie médiane entre l’Assemblée nationale, qui avait voté fin 2022 un texte LFI pour garantir l’« accès au droit à l’IVG », et le Sénat, qui avait avalisé en février une version évoquant la « liberté de la femme de mettre fin à sa grossesse ». Il rajoute donc la notion de liberté « garantie ».

« La première préoccupation qui est la mienne, c’est les conditions dans lesquelles on pratique l’interruption volontaire de grossesse », a plaidé M. Larcher, rappelant "qu’on a fermé en plus de dix ans 130 centres qui se consacraient à l’IVG

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Decenale
23/janvier/2024 - 13h23

On peut mettre ce qu'on veut dans la constitution, de toute façon dans les années qui viennent elle sera révisée pour correspondre aux canons islamiques. L'avortement ira donc rejoindre la laïcité à la poubelle.

Pour l'empêcher il fallait se réveiller avant et voter Zemmour.

Portrait de ajc21
23/janvier/2024 - 13h16

ce droit n'est pas menacé en 2024, mais dans 5, 10 ans?

et le jour ou il commencera a être menacé, il sera impossible de faire quoi que le protégé en le mettant dans la constitution, il faut le faire pendant qu'il n'est pas menacé. C'est plus facile de prévenir les feux de forets que d'éteindre l'incendie

Portrait de Arthur 3000
23/janvier/2024 - 12h17

Oh, comme c'est étonnant.

Avec des abrutis pareils on n'est pas non plus près d'avoir une véritable avancée sur la question de la fin de vie.