23/01 10:31

Norman Jewison, réalisateur canadien des films "Dans la chaleur de la nuit" et "L’Affaire Thomas Crown", est décédé à l'âge de 97 ans

Le réalisateur canadien Norman Jewison, auteur d'une filmographie éclectique à Hollywood qui comprend notamment les films "Dans la chaleur de la nuit" et "Jesus Christ Superstar", est mort ce week-end à l'âge de 97 ans. Le cinéaste est "décédé samedi paisiblement", selon un communiqué de son agent Jeff Sanderson, qui indique que des cérémonies en son honneur auront lieu "ultérieurement à Los Angeles et à Toronto".

Après des débuts à la télévision canadienne, M. Jewison s'est imposé au cours de sa carrière comme l'un des cinéastes les plus éclectiques d'Hollywood. Ses nombreux films lui ont notamment valu d'être nominé trois fois pour l'Oscar du meilleur réalisateur. Satire politique pour "Les Russes arrivent" (1966), film de braquage avec Steve McQueen dans "L'Affaire Thomas Crown" (1968), comédie musicale avec "Un Violon sur le toit" (1971), son oeuvre s'aventure dans des genres très divers.

Mais aux Etats-Unis, son héritage reste surtout celui d'un cinéaste intéressé par la question sociale. Grâce notamment à la marque laissée par "Dans la chaleur de la nuit", qui a remporté cinq Oscars en 1967, dont celui du meilleur film. Sous les atours d'un simple film policier, le cinéaste y aborde les tensions raciales américaines, fracture fondatrice des Etats-Unis.

La légende Sidney Poitier, première vedette noire d'Hollywood, y incarne un policier de Philadelphie qui se retrouve accusé de meurtre dans le Mississippi, et doit mener l'enquête avec le shérif blanc local en composant avec le racisme des habitants. "Les films qui traitent des droits civiques et de la justice sociale sont ceux qui me sont les plus chers", avait déclaré Norman Jewison, rappelle lundi le New York Times.

Le Centre canadien du film, institution de formation créée par Norman Jewison en 1988, a dit lundi pleurer un "visionnaire" et une "icône nationale", connu "pour son engagement en faveur de la justice sociale". La ministre canadienne du Patrimoine, Pascale St-Onge, a elle salué un cinéaste aux films "uniques".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Morlock3
23/janvier/2024 - 16h36

R.I.P