08/12 12:15

Hanouka à l'Elysée - Regardez le président Emmanuel Macron réagir à la polémique: "La laïcité, ce n'est pas l'effacement des religions" - VIDEO

Emmanuel Macron a affirmé vendredi ne pas regretter « du tout » la célébration à l’Elysée du début de la fête juive de Hanouka, assurant que cela avait été effectué « dans un esprit qui est celui de la République et de la concorde ». « Tout ça a été fait en présence de tous les autres cultes qui étaient invités, qui étaient là et dans un esprit qui est celui de la République et de la concorde », a fait valoir M. Macron lors de son déplacement sur le chantier de reconstruction de Notre-Dame de Paris.

A deux jours de la date anniversaire du 9 décembre de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et l’Etat, le chef de l’Etat a créé la polémique, y compris jusque dans une partie de la communauté juive, en laissant le grand rabbin de France Haïm Korsia allumer, dans la salle des fêtes de l’Elysée, la première bougie du candélabre pour Hanouka, la fête des lumières.

Le président de la République a assuré qu’il ne s’était pas prêté à « un geste cultuel » et a plaidé, dans un contexte de montée de l’antisémitisme, pour « donner de la confiance » à « nos compatriotes de confession juive ». « Franchement, compte tenu du contexte, il faut leur donner de la confiance. De la même manière, on a des compatriotes de confession musulmane qui ont le sentiment d’être attaqués. Il faut leur redonner de la confiance », a-t-il jugé, en appelant « au bon sens » et à « la bienveillance ».

« La laïcité, ça n’est pas effacer les religions ou s’ingérer dans la religion, mais se demander, quelle que soit la religion de chacun, que les citoyens respectent absolument les lois de la République, c’est ça ni plus ni moins », a-t-il insisté.

.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
8/décembre/2023 - 13h30 - depuis l'application mobile

comme toujours il a toujours le dernier mot, François Hollande à été très critiqué mais a côté de Macron le pire était toujours meilleur, et lorsque Macron aura fini son mandat, je pense que l'on va en découvrir