22/11 07:16

Le gouvernement allemand appelle les organisations musulmanes à condamner clairement les attaques lancées par le Hamas le 7 octobre contre Israël, tout en mettant en garde contre tout racisme anti-musulmans

La ministre allemande de l'Intérieur a appelé les organisations musulmanes en Allemagne à condamner clairement les attaques lancées par le Hamas le 7 octobre contre Israël, tout en mettant en garde contre tout racisme anti-musulmans. «J'attends des organisations musulmanes qu'elles se positionnent clairement et prennent leur responsabilité dans la société», a déclaré Nancy Faeser. «Cela doit être clair, nous sommes aux côtés d'Israël», a-t-elle ajouté.

La ministre a cependant mis en garde : il ne faut pas instrumentaliser le débat contre l'antisémitisme à des fins de racisme anti-musulmans. «Nous ne devons pas laisser de place à ceux qui font des musulmans la cause de tous les maux», a prévenu Nancy Faeser. «Ceux qui créent aujourd'hui un climat hostile aux musulmans sous prétexte de lutter contre l'antisémitisme veulent nous diviser et non nous unir», a martelé la ministre.

Nancy Faeser s'exprimait à l'ouverture à Berlin d'une conférence de deux jours réunissant des représentants du gouvernement allemand, des organisations musulmanes du pays, des représentants de la communauté juive et des Églises. La lutte contre l'antisémitisme et le racisme anti-musulmans sont les principaux thèmes de cette réunion qui se présente comme un espace de «dialogue» dans un contexte tendu en Allemagne, comme partout en Europe, en raison du conflit entre Israël et le Hamas.

Environ 5,5 millions de personnes de confession musulmane vivent en Allemagne, dont la moitié possède la nationalité allemande, selon la conférence de l'islam allemand, instance de coopération entre le gouvernement allemand et les organisations musulmanes. Les musulmans représentent 6,6% de la population du pays, un pourcentage qui fait d'eux le deuxième plus gros groupe religieux, derrière les chrétiens (toutes Églises confondues) qui sont 45 millions, soit la moitié de la population en Allemagne.

Les autorités de Bavière, dans le Sud, ont le même jour annoncé des perquisitions aux domiciles de dix-sept personnes soupçonnées d'incitation à l'antisémitisme. Les perquisitions, qui n'ont pas conduit à des interpellations, se sont tenues dans le cadre d'une journée d'action contre l'antisémitisme visant à montrer «clairement» que l'incitation à la haine contre les juifs «n'est pas une infraction mineure» et «à dissuader des agitateurs potentiels», a expliqué le ministre de l'Intérieur bavarois Joachim Hermann.

Les suspects, deux femmes et quinze hommes âgés de 18 à 62 ans, sont soupçonnés d'avoir diffusé en ligne des contenus antisémites, entraînant l'ouverture d'une enquête pour «incitation à la haine, d'approbation d'actes criminels et d'utilisation de symboles contraires à la Constitution» sur internet et sur les réseaux sociaux, ont précisé la police judiciaire et le parquet général de Munich.

Domiciliés à Munich et Nuremberg, ils ont notamment agi dans un groupe de discussion WhatsApp d'une classe d'école. La phrase «Gazez les Juifs» a par exemple été diffusée. «Les fils juifs» ne méritent rien d'autre que «d'être massacrés et exterminés», a posté un autre suspect sur son compte d'un réseau social. Les forces de l'ordre ont saisi des téléphones portables et ordinateurs, dont l'analyse pourrait permettre «de trouver de nouvelles pistes d'enquêtes sur d’autres auteurs d'actes (antisémites)», a indiqué le ministre.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions