21/11 12:30

Fête de village dans la Drôme - Regardez les premières images de l'attaque alors que les enquêteurs sont toujours à la recherche des assaillants - Vidéo

12h30: La porte-parole de la gendarmerie nationale a appelé mardi les suspects à se présenter aux forces de l'ordre, "parce qu'on ne va pas tarder à venir les chercher". "Ce serait plus raisonnable que les auteurs se présentent, parce qu'on ne va pas tarder à venir les chercher", a déclaré sur France info Marie-Laure Pezant.

La porte-parole a évoqué une "bagarre d'une violence assez inouïe pour un village de 500 habitants", refusant d'employer le terme de "rixe" utilisé par le parquet de Valence pour décrire les faits. "Une rixe, ce sont deux groupes de jeunes qui ont décidé de prendre rendez-vous et de s'affronter, ici, on n'est pas dans cette configuration-là", a-t-elle dit.

10h42: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Des suspects sont « en cours d’identification » après la rixe au cours de laquelle Thomas, un adolescent de 16 ans, a été mortellement blessé samedi soir, devant la salle des fêtes de Crépol (Drôme), a indiqué lundi le parquet de Valence dans un communiqué à l’AFP. « Les enquêteurs procèdent très vite, laissant espérer une évolution opérationnelle rapide », précise Laurent de Caigny, le procureur de Valence, dans ce communiqué.

Une cinquantaine de témoins ont été déjà entendus par les gendarmes, autant doivent encore l’être, des analyses des connexions aux relais téléphoniques et des images des systèmes de vidéosurveillance sont en cours pour recueillir des éléments concordants sur les suspects possibles, selon la même source.

Au regard des avancées de l’enquête, il est « faux d’affirmer que le groupe hostile serait composé d’individus tous originaires de la même ville et du même quartier », souligne le procureur, alors que de nombreux messages ciblant « la racaille des cités » circulent sur les comptes de l’ultradroite.

« Les liens qui peuvent exister entre les suspects possibles et en cours d’identification ne semblent pas reposer sur de telles "logiques de territoire" », souligne le communiqué du parquet. Le drame qui a plongé le village de Crépol dans l’émotion a suscité une avalanche de réactions violentes de l’ultradroite sur les réseaux sociaux.

Ces comptes appellent à la mobilisation pour la marche blanche prévue mercredi après midi à Romans-sur-Isère, où se trouve le lycée du jeune Thomas. Cet hommage organisé par la famille « se veut apolitique par respect pour la famille », précise un message publié sur le compte Facebook du club de rugby RC Romans-Péage où le lycéen jouait.

La rixe a éclaté samedi soir dans le village de Crépol, après l’irruption d’une dizaine de trouble-fêtes qui ont tenté au milieu de la nuit de pénétrer dans la salle des fêtes où quelques 400 personnes assistaient sur invitation à un « bal d’hiver ». Le groupe indésirable a été bloqué par un des quatre vigiles qui a été blessé à la main avec une arme blanche, selon le communiqué du parquet.

Certains des invités sont sortis pour lui prêter main forte, s’est ensuivie la rixe qui s’est poursuivie à l’extérieur du bâtiment, selon le parquet de Valence. Mortellement blessé par un coup de couteau pendant la bagarre, le jeune Thomas a rendu son dernier souffle alors que les secours l’emmenaient à l’hôpital à Lyon. Outre ce décès, la rixe a fait huit blessés dont deux jeunes de 23 et 28 ans hospitalisés dans un état d’urgence absolue. Le plus âgé des deux a reçu plusieurs coups de couteau dans le dos et au thorax, selon le parquet.

En outre, plus d’une dizaine d’autres personnes ont « reçu des coups » à la « fuite » des agresseurs, selon la même source.

La venue du groupe hostile était « peut-être liée à un compte à régler avec quelqu’un » présent à la soirée, avait par ailleurs estimé le procureur un peu plus tôt dans la journée de lundi. A Crépol, « tout le monde est en état de choc », selon Jocelyne Carceles, une habitante de la région rencontrée lundi devant la salle des fêtes du village, désormais placée sous scellés.

Lundi après-midi, le lycée du Dauphiné de Romans-sur-Isère (Drôme) a marqué une minute de silence en hommage au jeune Thomas, un de ses 1.300 élèves.

08h43: Les premières images de l'attaque dans la soirée sont à découvrir dans la vidéo ci-dessus. Des suspects sont « en cours d’identification » après la rixe au cours de laquelle Thomas, un adolescent de 16 ans, a été mortellement blessé samedi soir, devant la salle des fêtes de Crépol (Drôme), a indiqué lundi le parquet de Valence dans un communiqué à l’AFP.

« Les enquêteurs procèdent très vite, laissant espérer une évolution opérationnelle rapide », précise Laurent de Caigny, le procureur de Valence, dans ce communiqué.

Une cinquantaine de témoins ont été déjà entendus par les gendarmes, autant doivent encore l’être, des analyses des connexions aux relais téléphoniques et des images des systèmes de vidéosurveillance sont en cours pour recueillir des éléments concordants sur les suspects possibles, selon la même source.

07h11: Après le meurtre de Thomas, qui a été tué d’un coup de couteau lors d’une fête de village à Crépol, village du nord de la Drôme, dans la nuit de samedi à dimanche, une marche blanche sera organisée mercredi 22 novembre à 13h30 dans la ville voisine de Romans-sur-Isère, a annoncé sur sa page Facebook le club de rugby de Romans-Péages, auquel Thomas appartenait.

À l’initiative de la famille de Thomas, la marche blanche «partira du lycée du Dauphiné de Romans à 13h30 et se terminera par un moment de recueillement au stade Albert Donnadieu», a précisé le club. Et d’ajouter: «Ce rassemblement se veut apolitique par respect pour la famille», alors que le drame a suscité de nombreuses réactions politiques, notamment à droite.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bjj
21/novembre/2023 - 21h12
autunbibractepassy a écrit :

Théoriquement quand on vit dans une communauté, ou un pays, ce doit être inné pas donné.

Dans les 3 livres, il y est dit de ne pas tuer. Le problème, c'est que ses abrutis ne comprennent pas ce qu'ils lisent.

Ils ne font pas leur devoirs et sont sanctionnés, c'est que le professeur est raciste.

Ils se font poursuivre par la police alors qu'ils conduisent une voiture et qu'ils n'ont pas le permis, c'est que la police est raciste.

Ils ne trouvent pas de travail alors qu'ils n'ont pas de diplomes ou qu'on ne leur propose que des place de manoeuvres mal payés, c'est que les patrons sont racistes.

On ne leur donne pas d'allocation alors qu'ils ne cherchent pas de travail, c'est que l'Etat est raciste.

En fait, si on les écoute, ce sont des pauvres malheureux malaimés, mais si on regarde bien ils sont choyés, protégés, éduqués mais ce n'est jamais assez.

 Des victimes perpétuelles oui, nés sans aucune fierté ou dignité, et qui passeront leur vie à se plaindre et à critiquer sans jamais se poser de questions. Ils n'ont rien à apporter, à part leur violence qui elle est justifiée car ils ne s'entourent que des personnes qui fonctionnent exactement comme eux, et qui utilisent le mot magique "raciste" dès qu'on les mets face à leur contradictions. Des pantins aussi, pour toute la clique LFI qui a bien compris la dynamique et rajoute une couche de victimisation par dessus.Des déchets en somme.

 

Portrait de Ocarina
21/novembre/2023 - 11h10
autunbibractepassy a écrit :

Bande de rassistes (non de pompignan, je sais écrire raciste), ce sont de petits anges qui n'ont pas les codes.

Qui doit donner les codes? 

Ce n'est pas le rôle de l'éducation nationale en priorité, qui est celle de l'enseignement ; mais le rôle des parents.

Ce sont des parents qui ont été nourris aux aides sociales "génération Mitterrand" avec son rmi devenu ensuite rsa puis l'envolée des allocations familiales, allocation parent isolé qui pour beaucoup ne le sont pas,..etc.. 

Avec leur oisiveté, n'arrivent même pas à éduquer leurs enfant, les laissent errer dans les rues jusqu'à plus d'heures au lieu de faire leurs devoirs et réviser la journée au sortir de l'école.

Les 1° responsables sont les parents et notre état providence qui ne sert que d'appel d'air.

 

Portrait de Archimede
21/novembre/2023 - 10h51

On en vient à espérer la mort de trop pour que les nazislamistes se prennent enfin le retour de bâton qu'ils méritent.

En réalité c'est un retour de bâton à l'échelle planétaire qui serait nécessaire. Nous ne devons pas laisser les médiocres dominer, c'est trop grave.

Portrait de Justemonavis
21/novembre/2023 - 10h05

 Soyons écologistes et pratiquons le tri sélectif : Les déchets cela se recyclent et donc on attrape, on récupère les pièces potables pour les souffrants (sang, rein etc ...) et déchetterie pour ce qui reste. Les vrais écologistes vous le diront le problème n'est principalement pas dans les voitures mais dans la surpopulation sur cette planète, il est temps de commencer à nettoyer. (Mots durs mais hélas factuels quand on constate ce genre d'horreurs)

Portrait de Decenale
21/novembre/2023 - 09h31

Il y avait déjà eu un massacre anti-blancs de ce genre à Marcoussis en janvier. Une trentaine de rebeux ont débarqué à un anniversaire et ont blessé 15 personnes pour s'amuser.

Comme d'habitude vu que les victimes sont blanches, il n'y a eu que 3 condamnations à du sursis donc à que dalle et tout le monde s'en est foutu, mais c'est pas la première ni la dernière fois que les petits anges ciblent des petits villages pour leurs ratonnades.

Merci la gauche.

Portrait de Jeje82000
21/novembre/2023 - 09h23 - depuis l'application mobile

ça doit être des suédois vu la dégaine !!! venez pas pleurer au prochaines élections car vous allez le payer cash .tout ces ragondin il faut leur briser les jambes une bonne fois pour toute.