11/11 09:46

Regardez les images de l'attaque du lycée La Martinière-Monplaisir à Lyon, pris pour cible par une dizaine d’individus : Le proviseur était clairement visé par le groupe de jeunes - Vidéo

Les images sont pour le moins impressionnantes et on est certain en les voyant qu'un drame a été évité de justesse.  Le lycée La Martinière-Monplaisir, dans le 8e arrondissement de Lyon (Rhône), a été pris pour cible par une dizaine d’individus, qui ont tiré des salves de mortiers d’artifice sur l’édifice ce vendredi. 

Peu avant 7h30, une dizaine d’individus cagoulés ont attaqué aux mortiers d’artifice le lycée La Martinière-Monplaisir, dans le 8e arrondissement de Lyon. Les images relayées par le magazine mensuel Lyon Mag ont démontré la violence de la salve de tirs à l’encontre de l’édifice, dans une séquence vidéo de 12 secondes. D’après cette même source, ce serait le proviseur de l’établissement qui aurait été visé par l'attaque.

Le journal local a précisé qu’aucun blessé n’est à déplorer mais que des poubelles et des trottinettes électriques ont été incendiées près des grilles du lycée.

Mickaël Paccaud, le conseiller régional délégué à l’excellence éducative, a donné plus de précisions sur l'attaque, précisant que les tirs sont passés tout près de leur cible originelle.

«Des scènes de guérilla urbaine menée par une bande de sauvages. Le proviseur a été visé délibérément. On a échangé avec lui, c’est passé vraiment à côté de lui. Ils l’ont visé via des tirs tendus à moins de 6 mètres», a-t-il expliqué sur CNEWS.

Deux individus ont pu être rapidement interpellés par la police après les faits.

Des auditions vont être menées dans les prochaines heures auprès de ces derniers afin de tirer au clair les motivations qui ont poussé ces derniers à l’acte.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ingres
11/novembre/2023 - 09h52

Et pendant ce temps-là, la plupart des médias et des politiques reviennent trente ans en arrière en parlant de Jean-Marie Le Pen, en se cachant les yeux sur le présent. La France ne mérite pas ses prétendues élites.