04/11 10:02

Russell Brand, acteur britannique de 48 ans, devenu influenceur anti-establishment, est la cible d'une plainte pour agression sexuelle sur le tournage d'un film

Russell Brand, acteur britannique de 48 ans, devenu influenceur anti-establishment sur les réseaux sociaux, est la cible d'une plainte déposée en octobre à New York et rendue publique vendredi soir pour des faits présumés d'agression sexuelle en 2010 sur le tournage d'un film dans la mégapole américaine. Cette plainte devant la cour suprême de l'Etat de New York, une juridiction de première instance, fait suite à des accusations et des enquêtes en septembre et en octobre par des médias et la police au Royaume-Uni pour viol, agressions sexuelles et violences psychologiques par plusieurs femmes. M. Russell a rejeté ces allégations dans son pays, affirmant que ses relations avaient toujours été "consenties".

Les faits se seraient produits entre 2006 et 2013. A New York, l'agression sexuelle présumée sur la plaignante, une femme anonyme que la justice américaine appelle "Jane Doe", se serait déroulée le 7 juillet 2010 sur le tournage de la comédie "Arthur" sortie en 2011, selon la plainte signée le 7 octobre dernier mais dont la copie enregistrée par le greffe du tribunal new-yorkais est datée de vendredi. La plainte vise également les studios et groupes de divertissement Warner Bros. Pictures, Warner Bros. Discovery, MBST Entertainment, BenderSpink et Langley Park Pictures.

La plaignante accuse dans le document judiciaire "Russell de (l'avoir) agressée sexuellement" ce 7 juillet 2010. "Avant l'agression, M. Brand était visiblement drogué, sentait l'alcool et avait une bouteille de vodka sur le plateau. Il m'a alors exhibé son pénis, à la vue de l'équipe d'acteurs et de tournage", selon "Jane Doe". Elle raconte ensuite que "l'agression sexuelle s'est déroulée plus tard le même jour alors qu'(elle) étai(t) aux toilettes".

"Brand est entré derrière moi et m'a agressée pendant qu'un membre de l'équipe de production surveillait la porte", accuse la plaignante. "Jane Doe", qui tient à rester anonyme, écrit aussi ressentir de la "honte" et de la "peur" depuis les faits présumés il y a plus de 13 ans, des sentiments qui "ont provoqué des dégâts irréversibles sur (sa) santé mentale".

Elle dit craindre des "représailles" notamment de millions de fans et d'abonnés sur les réseaux sociaux de Russell Brand. Fin septembre au Royaume-Uni, Russell Brand s'était défendu: sur les médias sociaux où il est suivi par des millions de personnes, il avait critiqué le gouvernement britannique pour avoir demandé aux plateformes technologiques de prendre des mesures contre lui.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Marie-Novembre.
4/novembre/2023 - 11h02

Faut pas l'exciter non plus le gussmiley