18/10 14:02

Une peine de 22 ans de prison requise devant la cour d’assises de Paris à l’encontre de Rédoine Faïd, jugé aux côtés de 11 personnes pour son évasion de la prison de Réau en 2018

Une peine de 22 ans de prison a été requise mardi devant la cour d’assises de Paris à l’encontre du « roi de la belle » Rédoine Faïd, jugé aux côtés de 11 personnes pour son évasion spectaculaire par hélicoptère de la prison de Réau (Seine-et-Marne) en 2018.

Dans le box, le braqueur multirécidiviste au crâne chauve a accueilli ces réquisitions avec un sourire et un sifflotement indifférent.

Pour ses cinq proches, soupçonnés de l’avoir aidé pendant l’évasion ou la cavale de trois mois qui a suivi, l’accusation a demandé des peines allant de quatre à 15 ans de prison, et l’acquittement du frère qui se trouvait au parloir avec lui au moment des faits, faute d’éléments prouvant qu’il était informé.

Rédoine Faïd « reconnaît l’ensemble des faits », a admis l’accusation au terme d’un réquisitoire de près de sept heures à deux voix, et après un mois et demi d’audience. « Ceci dit il lui était impossible de nier l’évasion de son propre parloir ».

Le 1er juillet 2018 en fin de matinée, un commando armé s’était posé en hélicoptère devant la prison de Réau après avoir pris le pilote en otage. Ils avaient jeté des fumigènes, scié plusieurs grilles pour accéder aux parloirs où se trouvait le braqueur, aujourd’hui âgé de 51 ans.

Une évasion « minutieusement préparée » au sein d’une « cellule familiale », des proches que le braqueur multirécidiviste a « sacrifiés » pour retrouver la liberté, a soutenu l’accusation. Cette évasion, sans coup de feu tiré, avait duré « 7 minutes 33 », rappelle l’avocat général. C’était la deuxième, pour Rédoine Faïd, qui s’était déjà évadé de manière spectaculaire en 2013 de la prison de Sequedin (Nord), en prenant des surveillants en otage et en faisant sauter les portes à l’explosif.

Rédoine Faïd « refuse de se soumettre à l’exécution des longues peines qui lui restent » à purger, et privilégie « la reconquête violente de sa liberté », a lancé l’avocat général. « Ce drogué de la liberté qui n’exclut pas à votre audience de s’évader à nouveau », ne « recherche pas la liberté, il l’arrache ».

Rédoine Faïd, dont la fin de peine est pour l’heure prévue en 2046, encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Ses coaccusés risquent de 10 à 30 ans de prison. Les plaidoiries de la défense doivent débuter mercredi, et se terminer vendredi. Lundi, la cour doit entendre les derniers mots des accusés avant de se retirer pour délibérer. Le verdict est attendu mercredi 25 octobre.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de imposteur
18/octobre/2023 - 16h28

Ouai par contre David otya pour avoir tué toute une famille à pris 22 ans et il va bientot sortir, ya un truc bizarre en France

Portrait de Rachelle65
18/octobre/2023 - 15h03

Il va repartir en ballade smiley