24/09 18:31

Malgré sa chute après des accusations de viol et d'agressions sexuelles, Russell Brand reste une célébrité très populaire sur les réseaux sociaux, avec des millions d'abonnés

Par Brigitte DUSSEAU 

Il était le comédien provocateur par excellence, avant de se transformer en gourou anti-establishment : accusé de viol et agressions sexuelles, Russell Brand reste une célébrité très populaire sur les réseaux sociaux, avec des millions d'abonnés fascinés par son énergie magnétique.

Brand, qui a rejeté avec force ces accusations émanant d'au moins cinq femmes, compte plus de 6 millions d'abonnés sur YouTube, 11,2 millions sur X (anciennement Twitter), 3,8 millions sur Instagram et 1,4 sur la plateforme Rumble prisée par les théoriciens du complot. Il a 48 ans, une allure de faux Christ au regard noir exalté. Longtemps, il a été surtout connu pour ses shows aux plaisanteries hyper-sexualisées, star de la télévision et radio britanniques des années 2000, pour lequel rien n'était trop outrancier ou provocateur. Lui-même s'est vanté de multiples relations sexuelles, évoquant plus de 1.000 aventures avec des femmes.

A l'époque, un tabloïd le déclare plusieurs années de suite "baiseur de l'année", titre dont il se dit fier. Passionné de comédie depuis son adolescence, il démarre sur MTV à 25 ans, d'où il est renvoyé pour s'être déguisé en Oussama ben Laden au lendemain des attentats du 11-Septembre et avoir invité son dealer dans les studios.

En 2002, il a un premier show sur une radio de rock, trois ans plus tard démarre son "Russell Brand Show" sur BBC Radio 6, puis est transféré sur BBC2. Il démissionne en 2008 après un coup de téléphone jugé obscène à l'antenne, qui génère des milliers de plaintes. En parallèle il présente en tournée son propre show, nourri des turbulences de sa vie privée, et joue dans des séries télévisées. Il présente aussi "Big Brother" pendant des années à la télévision britannique, écrit des chroniques pour le Guardian, et deux autobiographies en 2007 et 2010, évoquant notamment sa cure de désintoxication en 2005 aux Etats-Unis pour addiction sexuelle, et ses problèmes avec la drogue.

Son style vestimentaire, sa coiffure et son maquillage, ses provocations et plaisanteries hyper-sexuelles peuvent horrifier, mais les audiences sont là. Il part pour Hollywood, tourne quelques films dont le plus célèbre reste "Sans Sarah rien ne va" (2008). Il épouse la chanteuse américaine Katy Perry en 2009, mariage auquel il mettra fin par un SMS 14 mois plus tard. Dans une interview à Vogue en 2013, Katy Perry évoquait un "homme magique", drôle, mais aussi "très contrôlant" et une "vraie vérité" -cachée - pour expliquer la fin de leur mariage. Il a ensuite une relation avec Jemima Goldsmith (fille du milliardaire James Goldsmith), s'en sépare au bout d'un an. Russell Brand est depuis remarié à une blogueuse, Laura Gallacher, et le couple attend un troisième enfant.

Dans ses vidéos passionnées sur les réseaux sociaux, qui engrangent souvent des millions de "vues", cet adepte des théories du complot, devenu vegan et qui pratique la méditation, dénonce les présumées atteintes aux libertés au nom du Covid, les médias traditionnels, les politiques, ou raconte un avenir aux allures d'apocalypse. Il y donne aussi des conseils conjugaux ou de bien-être...

Mardi, la plateforme YouTube a annoncé qu'elle arrêtait la monétisation de sa chaîne, en raison des accusations le visant. "Si le comportement d'un créateur, hors plateforme, nuit à nos utilisateurs, employés ou à notre écosystème, nous prenons des mesures pour protéger la communauté", a expliqué YouTube dans un communiqué.

La BBC a également annoncé qu'elle retirait certains contenus de sa plateforme après les accusations le visant, notamment pour viol. Dans une enquête de plus d'un an, menée par Channel 4, The Sunday Times et The Times, quatre femmes l'ont accusé de viol et agression sexuelle entre 2006 et 2013. La police de Londres a déclaré lundi avoir été saisie d'une autre agression présumée en 2003. La plus jeune de ses victimes présumées avait 16 ans au moment des faits.

Ailleurs sur le web

Vos réactions