03/09 17:01

Le changement climatique en cours représente un défi considérable pour les stations de ski européennes, et cela même si elles recourent à la neige artificielle, selon une étude

Le changement climatique en cours représente un défi considérable pour les stations de ski européennes, et cela même si elles recourent à la neige artificielle, laquelle génère par ailleurs des problèmes de consommation d’eau et d’énergie, selon une étude.

La moitié des stations de ski du monde sont situées en Europe, où elles génèrent un chiffre d’affaires annuel de plus de 30 milliards d’euros et représentent une manne très importante pour les économies locales, même si cela ne représente que 3% des recettes globales directes liées au tourisme en Europe, relève cette étude parue lundi dans la revue scientifique Nature Climate Change.

Ses auteurs ont étudié 2.234 stations situées dans 28 pays européens différents, allant de la Turquie à l’Islande en passant par les Balkans, la Scandinavie, les Carpates et les Alpes avec deux scénarios, l’un supposant un réchauffement global de 2°C et l’autre de 4°C.

« Cette étude montre que dans toutes les régions montagneuses d’Europe, le changement climatique à venir va conduire à des conditions de neige dégradées par rapport aux décennies précédentes, même si elles varieront d’une région à l’autre et à l’intérieur des régions », note l’un des auteurs, Samuel Morin, chercheur en physique de la neige.

Sans recours à la neige de culture, il apparaît que 53% des stations feraient face à un risque « très élevé » de manque de neige si la hausse était de 2°C. Avec une hausse de 4°C, c’est presque la totalité des stations (98%) qui se retrouvent dans cette situation.

En recourant à la production de neige artificielle, la proportion de stations à risque baisserait à 27% (hausse de 2°C) et 71% (4°C).

Mais la neige de culture a « peu d’effet » dans les domaines à faible altitude ou situés trop au sud, les températures trop élevées ne permettant pas de fabriquer de la neige de manière efficace.

Par ailleurs, la fabrication de neige peut elle-même contribuer à l’accélération du changement climatique en raison de la forte demande en énergie qu’elle induit, relève l’article. Elle se traduit également par une hausse de la demande en eau, souligne-t-elle.

Au final, le principal message de l’étude aux décideurs, « c’est que oui, la production de neige peut accompagner l’adaptation des stations de sport d’hiver et avoir un effet direct sur la capacité d’exploitation des domaines skiables. Mais cette solution n’est pas générique, ce n’est pas une solution miracle qu’on va pouvoir appliquer partout de manière systématique », explique à l’AFP l’auteur principal de l’étude, le chercheur grenoblois Hugues François.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de iceman
3/septembre/2023 - 22h56
couriol a écrit :

Sauvons la planète, faisons de la neige artificielle !!!

Contrairement à ce qui est indiqué, la neige artificielle est de l'eau prélevée à une période où les pluies sont importantes et qui est redonnée à la nature quand elle fond et n'est donc pas un problème de ce point de vue.