13/06 11:46

Gabriel Fortin, ingénieur au chômage accusé d'avoir tué en 2021 deux anciens DRH qui l'avaient licencié et une cadre de Pôle Emploi, comparait depuis ce matin devant les assises de la Drôme - VIDEO

Silencieux depuis son arrestation, Gabriel Fortin, ingénieur au chômage accusé d'avoir tué en 2021 deux anciens DRH qui l'avaient licencié et une cadre de Pôle Emploi, comparait depuis mardi matin dans le box des accusés, devant les assises de la Drôme, à Valence.

Jugé pendant trois semaines pour ces trois assassinats, ainsi qu'une tentative d'assassinat dans le Haut-Rhin l'Ardèche, puis la Drôme, cet homme de 47 ans, en détention provisoire depuis sa mise en examen, encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Un suspense planait mardi matin sur la cour d'assises sur la présence ou non du prévenu qui est resté muet pendant toutes les investigations et refusé de participer aux reconstitutions, au grand regret de toutes les parties civiles. Mais il est apparu sans contrainte, cheveux rasés et chemise bleu ciel, dans le box d'une salle comble avant de décliner son identité d'une voix assurée face au président Yves de Franca. Il a ensuite semblé attentif à la sélection des jurés, observant ces derniers et échangeant quelques mots avec ses avocats.

Peu auparavant, Denis Dreyfus, avocat de la famille de Patricia Pasquion, tuée à 54 ans dans une agence Pôle emploi de Valence, avait confié à la presse la "peur du silence" des parties civiles, familles, proches et employeurs des victimes. "Un homme parle, les bêtes se taisent. S'il parle on a énormément de questions à lui poser. La principale étant pourquoi (...) ce parcours criminel préparé depuis 15 ans de manière méthodique et froide", a-t-il déclaré.

Me Hervé Gerbi, avocat des trois sœurs de Patricia Pasquion, a aussi exhorté l'accusé à s'exprimer: "Il faut qu'il parle!" "Ce sont des familles, la société, qui attendent des réponses à ces passages à l’acte (...) nous sommes prêts à entendre toutes les explications qu’il aura à donner", a-t-il assuré.

Me Dominique Arcadio, qui représente le mari et les deux enfants de Géraldine Caclin DRH de Faun Environnement à Guilherand-Granges (Ardèche) tuée à 51 ans, voit dans les crimes de Fortin de la "lâcheté"

"Etre licencié fait partie de l’existence (...) Or il n’a rien trouvé rien trouvé d’autre à faire que d’aller chercher des innocents, c’est de la lâcheté à l’état pur", a-t-il fustigé.

Le procès, qui compte une trentaine de parties civiles, doit rentrer dans le vif du sujet mardi après-midi avec les premiers témoins de personnalité.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions