24/05 19:32

Infirmière tuée au CHU de Reims: L'homme suspecté a été mis en examen et écroué pour "assassinat" et "tentative d'assassinat", a indiqué le procureur de Reims

19h31: L'homme suspecté d'avoir mortellement agressé au couteau une infirmière lundi au CHU de Reims, blessant également une secrétaire, a été mis en examen et écroué mercredi pour "assassinat" et "tentative d'assassinat", a indiqué le procureur de Reims, Matthieu Bourrette. Le mis en cause, qui a indiqué vouloir "se venger" du "personnel hospitalier", a été placé en détention provisoire "conformément aux réquisitions du parquet", a précisé le procureur Matthieu Bourrette.

Ce Rémois de 59 ans, célibataire et sans profession, souffre "de schizophrénie et de paranoïa".

Il est suivi depuis 1985 et reconnu comme adulte handicapé, a détaillé le procureur lors d'une conférence de presse. Le suspect a déclaré en garde à vue avoir donné "plusieurs coups de couteau" aux victimes "en raison de leur qualité" et en "vouloir à la psychiatrie". Il a reconnu ses actes, précisant "avoir pensé son forfait depuis plusieurs mois". Il dit avoir acheté le jour même le "couteau de cuisine", d'une lame de 20 cm, qu'il a utilisé.

Lors de son interpellation, il avait déclaré aux policiers qu'à "chaque fois qu'il croiserait une blouse blanche, il la planterait parce qu'il voulait se venger" d'avoir été "maltraité depuis plusieurs années par le milieu psychiatrique", a poursuivi le procureur. Les deux victimes ont été attaquées au couteau lundi en début d'après-midi dans les vestiaires de leur service au CHU de Reims. L'infirmière, Carène Mezino, 37 ans, mère de deux enfants de 8 et 11 ans, est décédée dans la nuit de lundi à mardi. La secrétaire médicale, âgée de 56 ans, dit "avoir reçu cinq coups de couteau". Selon le ministre de la Santé François Braun, elle est "sortie du bloc opératoire" et reste "en surveillance".

13h54: Le point sur ce que l'on sait

L'homme suspecté d'avoir tué à coups de couteau une infirmière et blessé une secrétaire lors d'une agression lundi au CHU de Reims a affirmé "en vouloir au personnel hospitalier" et "aux blouses blanches", a indiqué mercredi le procureur de Reims, qui a demandé sa mise en examen pour "assassinat" et "tentative d'assassinat".

Le mis en cause, âgé de 59 ans et "souffrant de schizophrénie", a déclaré au moment de son interpellation avoir donné "plusieurs coups de couteau" aux victimes en raison de leur qualité, affirmant en "vouloir à la psychiatrie", selon le procureur Matthieu Bourrette lors d'une conférence de presse.

Il a sollicité la mise en examen de cet homme pour "assassinat" et "tentative d'assassinat" ainsi que son placement en détention provisoire "avec placement rapide en unité hospitalo-carcérale, notamment au regard des risques de réitération des faits". "Il appartiendra cet après-midi au juge d'instruction et au juge des libertés et de la détention d'apprécier les suites", a-t-il ajouté, précisant que le suspect encourait la réclusion criminelle "à perpétuité".

Les deux femmes ont été attaquées au couteau lundi en début d'après-midi dans les vestiaires du service de l’unité de "médecine et santé au travail". L'infirmière, Carène Mezino, 37 ans, est décédée dans la nuit de lundi à mardi. L'autopsie de cette mère de deux enfants de 8 et 11 ans a révélé qu'elle était morte d'une "hémorragie interne provoquée par des lésions d'organes thoraciques et abdominaux".

13h32: Le procureur de la République de Reims s'exprime

"Nos premières pensées sont pour les victimes, leurs familles et leurs proches (...) L'infirmière poignardée est morte d'une hémorragie interne"

L'agresseur "en voulait au milieu hospitalier". "L'enquête est ouverte des chefs d'assassinat et de tentative d'assassinat". "Lors de son interrogatoire, l'agresseur a tenu des propos incohérents mais reconnait les faits"

"Le suspect était suivi en psychiatrie depuis 1985, mais avait récemment arrêté son traitement".  Il "souffre de schizophrénie et de paranoïa". "La mère du suspect craignait qu'il passe à l'acte"

"Le suspect, au vu du risque de récidive, est placé en détention provisoire". Le procureur a sollicité la mise en examen du suspect pour "assassinat" et "tentative d'assassinat".

12h17: Une minute de silence a été observée mercredi dans tous les hôpitaux de France en mémoire à l'infirmière Carène Mezino, tuée au CHU de Reims par un homme souffrant de troubles psychiatriques, dans des circonstances que le procureur exposera en début d'après-midi en conférence de presse.

"Aujourd'hui, toute la communauté des soignants est en deuil, et tout notre pays a le coeur serré", a déclaré la Première ministre Elisabeth Borne, présente à l'hôpital européen Georges-Pompidou, à Paris, avec le ministre de la Santé, François Braun. Elle a salué "l'énergie et la douceur, l'empathie et le professionnalisme" de Carène Mezino, tuée à l'âge de 37 ans.

11h27: La collègue blessée de l'infirmière tuée à l'hôpital à Reims par un patient souffrant de troubles psychiatriques "va mieux" et est "en surveillance", a indiqué mercredi le ministre de la Santé, François Braun.

"Au-delà de la colère, il y a une émotion certaine pour ce qui s'est passé, qui est absolument horrible, inqualifiable. Carène est décédée, sa collègue est sortie du bloc opératoire, heureusement. Elle est maintenant en surveillance, elle va mieux, mais restons quand même toujours prudents", a expliqué le ministre au micro de BFMTV.

Cette secrétaire médicale avait été blessée lors de l'agression de l'infirmière qui s'est déroulée lundi en début d'après-midi dans un hôpital de Reims. Un homme de 59 ans muni d'un couteau et avec des antécédents psychiatriques a attaqué les deux femmes.

Interrogé sur la sécurité dans les hôpitaux, François Braun a concédé qu'"il y a un contexte de violence accrue envers les soignants, envers (les) maires" et que "toute violence est inacceptable".

"Il n'y a pas de violence banale (...) montrer le poing à quelqu'un, c'est pas simplement un geste d'humeur, c'est le menacer, injurier une infirmière, c'est une violence", a-t-il insisté, avant d'appeler à une "tolérance zéro". "Je veux que ces violences soient signalées, soient prises en compte."

Selon M. Braun, "il faut prendre des mesures pratiques et concrètes qui se voient sur le terrain: plus de lumière sur le parking où l'infirmière va le soir à 22H00, ne pas attendre deux mois pour changer le digicode de la porte du bureau, du vestiaire", a-t-il énuméré, demandant un "audit dans tous les établissements" qui doit être fait "dès la semaine prochaine".

S'adressant aux soignants, le ministre leur a conseillé de "n'accept(er) aucune violence". "Il faut porter plainte, l'institution soutient, soutiendra", a-t-il assuré. François Braun réunit jeudi les organisations syndicales sur le sujet de la sécurité dans les hôpitaux.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ste'ph
24/mai/2023 - 17h43
Suprême Gépalu a écrit :

Je n'avais pas encore employé ce sobriquet quand tu m'as invectivé.

Tu es vraiment peu intelligent, PédoPoufy.

Tu insultes mon intelligence pourtant je t'ai reconnu... Comme je l'ai ajouté, la bêtise des commentaires est un bon indice, ajouté à cela la date de création du compte, son nom, le style des message et leur fréquence et enfin l'absence du compte d'hier dans les commentaire. 

Portrait de Ste'ph
24/mai/2023 - 16h17
Suprême Gépalu a écrit :

Tu connais PédoPoufy ?

Je suis juste que c'est un mot que tu emploie tout le temps comme une insulte, ce qui permet  reconnaître aisément (outre la bêtise des commentaire) que c'est toujours le même taré qui revient en permanence avec un nouveau pseudo 

Portrait de Ste'ph
24/mai/2023 - 15h54
Suprême Gépalu a écrit :

Tu me rappelles PédoPoufy intellectuellement.

"intellectuellement" n'est pas un mot que j'utiliserais pour te décrire

Portrait de Ste'ph
24/mai/2023 - 15h46
Suprême Gépalu a écrit :

Qu'est-ce que tu racontes, l'idiot ?

tu devrais mettre un compteur dans ton pseudo à chaque fois que tu recrée un compte (tous les jours donc)

Portrait de Bonsens
24/mai/2023 - 15h21

Le gars a deja poignardé 4 personnes.

C'est ok puisqu'il est ressorti, et qu'il a pu recommencer.

"Tolérance zéro" m. le ministre, vraiment?

Portrait de Ste'ph
24/mai/2023 - 15h06
Pedopoufy a écrit :

Origines du malade ?

regarde sur ta carte d'identité