22/05/2023 07:16

La police a ouvert une enquête en Allemagne sur des soupçons d'empoisonnement ayant affecté une journaliste et une militante russe en exil après une réunion de dissidents à Berlin

La police a ouvert une enquête en Allemagne sur des soupçons d'empoisonnement ayant affecté une journaliste et une militante russe en exil après une réunion de dissidents à Berlin. "Une enquête a été ouverte. Les investigations sont en cours" a déclaré un porte-parole de la police de Berlin à l'AFP, confirmant des informations du quotidien Die Welt publiées samedi soir. Elle a été confiée au service de protection de l'Etat, chargé du terrorisme et des crimes politiques, a-t-il ajouté, sans donner davantage d'information.

Le média russe d'investigation Agentstvo a fait état cette semaine de problèmes de santé rencontrés par deux participantes à une réunion de dissidents russes à Berlin, les 29 et 30 avril, autour de l'homme d'affaires devenu opposant Mikhaïl Khodorkovsky.

L'une d'entre elle, présentée comme une journaliste ayant récemment quitté la Russie, a ressenti durant l'événement des problèmes de santé non précisés mais déclaré qu'ils avaient peut-être commencé avant.

Le média ajoute qu'elle s'est ensuite rendue à l'hôpital berlinois de la Charité où avait été soigné l'opposant russe Alexeï Navalny, victime d'un empoisonnement en août 2020. La deuxième participante est Natalia Arno, directrice de l'ONG Free Russia Foundation aux Etats-Unis où elle vit depuis dix ans après avoir dû quitter la Russie.

Mme Arno s'est ensuite rendue à Prague pour une série de rencontre sur la situation en Russie. C'est là, rapporte Agentstvo, qu'elle a ressenti des symptômes et a aussi découvert que sa chambre d'hôtel avait été ouverte.

Partant le lendemain pour les Etats-Unis, elle y a contacté un hôpital ainsi que les autorités. Mme Arno a aussi publié cette semaine sur Facebook un message où elle évoque les problèmes ressentis, "des douleurs aiguës" et un "engourdissement", affirmant que les premiers "symptômes étranges" sont apparus avant son arrivée à Prague. Elle ajoute avoir encore des symptômes mais se sentir mieux.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions