15/04/2023 11:31

A 63 ans, l'édile d'Estevelles devient la première maire transgenre à officialiser cette transition en cours de mandat : "C'est une continuité dans mon parcours de vie, dans mon parcours politique"

A 63 ans, l'édile d'Estevelles devient la «première» maire transgenre à officialiser cette transition en cours de mandat. Réuni mercredi, le conseil municipal «m'a renouvelé sa confiance», se réjouit l'élue, même si ce vote du conseil n'était pas requis par la loi. Sur 18 votants, «14 ont voté pour et quatre se sont abstenus».

"C'est une continuité dans mon parcours de vie, dans mon parcours politique. Jeudi dans la matinée, je présenterai les choses aux salariés de la commune et je communiquerai auprès de la population, et à partir de vendredi, j'aurai mon apparence telle que je le souhaite et j'exercerai comme la maire d'Estevelles», a-t-elle réagi à l'issue du vote.

«Pendant une période, c'est la démission qui s'imposait à moi», notamment pour «accélérer les choses» ou «protéger» ma vie privée, a expliqué la maire à l'AFP.

Mais «je suis une personne de combat» et «fière de l'investissement que j'ai pu avoir dans cette petite commune, je ne voulais pas l'abandonner. J'ai pris conscience que la meilleure des solutions, c'était de communiquer», a-t-elle ajouté. La procédure de changement d'état civil qu'elle a entamé il y a quelques semaines est toujours en cours.

Après des contacts avec la préfecture, l'Etat lui a indiqué «qu'il n'y avait pas de problème», qu'il était «légalement possible» de continuer d'exercer en tant que femme, a-t-elle assuré. «J'ai alors choisi de solliciter la confiance de mes pairs», notamment pour asseoir «ma légitimité».

«Depuis vingt-deux ans, je suis au service de ma commune. (...) Par transparence, j'éprouve aujourd'hui la nécessité d'exprimer une différence que je porte sur le plan personnel», écrit-elle dans un communiqué signé Estelle Szabo, née Alain. «Cette différence partagée par des centaines de milliers de personnes en France (...) est celle de la transidentité et de la souffrance psychologique de ne pas être dans le bon genre», poursuit-elle.

«Il m'aura fallu de très nombreuses années pour comprendre et accepter qui j'étais réellement, grâce notamment à un suivi psychothérapeutique, et avec le soutien de «mes proches et mon épouse».

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de vieux Glaude
15/avril/2023 - 13h34

Hollande...on t'as reconnusmiley