03/04 11:02

Les trois opérateurs de trottinettes électriques Dott, Lime et Tier Mobility "prennent acte" du vote hier des Parisiens contre le maintien des trottinettes électriques en libre-service à Paris

Les trois opérateurs de trottinettes électriques Dott, Lime et Tier Mobility « prennent acte » du vote hier des Parisiens contre le maintien des trottinettes électriques en libre-service à Paris, scrutin qu’ils jugent peu représentatif tout en confirmant que leur service « ne sera pas renouvelé à partir du 1er septembre ».

« Nous prenons acte de cette consultation inédite, dont la mobilisation aurait pu être plus large et représentative si les modalités de la votation avaient été différentes: plus de bureaux de vote, scrutin électronique, information municipale », indique un communiqué commun publié dimanche soir.

« 6,7% des Parisiens inscrits sur les listes électorales se sont exprimés contre le maintien des trottinettes électriques », soit « 4,2% de la population parisienne » indique le texte: « cela a conduit à creuser un fossé entre le pour et le contre, d’une amplitude rarement observée dans un vote en France qui reflète des conditions asymétriques ».

La mairie de Paris a admis le très faible taux de participation au vote, à 7,46% des personnes inscrites sur les listes électorales.

« Le résultat de cette votation aura un impact direct sur les déplacements de 400.000 personnes par mois », soulignent les trois opérateurs.

« A partir de maintenant, notre priorité en tant qu’employeurs responsables est d’assurer l’avenir de nos salariés ». Au total, les trois entreprises (bien les trois) emploient quelque 800 personnes à Paris sur l’activité de location de trottinettes. Dott, Lime et Tier Mobility espèrent à présent « une reprise rapide du dialogue avec la Mairie afin de discuter des prochaines étapes » et précisent qu’ils vont continuer « d’offrir des services de location de vélos électriques » à Paris.

Nicolas Gorse, le directeur général de Dott avait indiqué dimanche matin sur RMC que l’activité location de trottinettes représentait environ un tiers de son chiffre d’affaires à Paris et que la mairie allait aussi perdre en interdisant les trottinettes quelque 930.000 euros que lui versaient annuellement les trois opérateurs.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions