17/03 08:02

Le député LFI Thomas Portes a proposé de supprimer le service minimum dans les transports publics, pour «sanctuariser le droit de grève» dans ce secteur

Le député LFI Thomas Portes a proposé de supprimer le service minimum dans les transports publics, pour «sanctuariser le droit de grève» dans ce secteur. L'élu de Seine-Saint-Denis a dénoncé un «contexte de répression contre celles et ceux qui se mobilisent» contre la réforme des retraites. Il a fait référence à l'intervention des forces de l'ordre à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, le matin même pour débloquer un dépôt géré par une société qui collecte les ordures du XVe arrondissement de Paris.

Le député, qui s'était illustré ces dernières semaines en jouant avec un ballon de football à l'effigie d'Olivier Dussopt, s'inquiète aussi des prises de position de ministres «pour expliquer qu'il fallait encadrer le droit de grève ou le réduire».

«Nous déposons cette proposition de loi pour sanctuariser le droit de grève dans le secteur des transports», a poursuivi le député. Thomas Portes est de retour à l'Assemblée nationale après avoir été suspendu pour 15 jours de séance après un tweet le montrant le pied posé sur un ballon à l'effigie du ministre du Travail Olivier Dussopt, en première ligne sur la réforme des retraites. L'image avait déclenché des débats houleux dans l'hémicycle.

Dans le détail, son texte, cosigné par 74 députés de gauche, propose de revenir sur une loi de 2007 «sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports», souvent surnommée loi sur le «service minimum». Votée peu après l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Élysée, elle avait notamment instauré l'obligation pour les grévistes de se déclarer au plus tard 48 heures à l'avance.

«On souhaite abroger tous ses dispositifs», a fait valoir Thomas Portes, arguant que «de nombreux salariés hésitent à entrer dans la grève» du fait de cette déclaration préalable, par peur d'être «montrés du doigt».

«Ce droit c'est la seule arme des travailleurs pour s'opposer à un pouvoir autoritaire», a encore défendu le député. Son texte prévoit aussi d'exclure la grève des cas de «perturbations prévisibles», pour lesquelles le service minimum peut être instauré.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Blondissime
17/mars/2023 - 10h32

Avec ce qu'il touche en tant que député c'est sur qu'il pouurra aisément se payer un taxi pour se déplacer. Et ça se dit défendre les petits ?

Portrait de MICMAH458
17/mars/2023 - 09h35

"supprimer le service minimum dans les transports publics", dit par un type qui probablement n'a pas besoin de prendre le métro pour aller bosser, ou s'il ne va pas ou arrive en retard à l'Assemblée Nationale, personne ne lui dira rien et il n'a aucun risque d'être viré.  C'est tout à fait dans l'air du temps, de se foutre de la majorité des français de la part de quelques uns qui font tout pour garder leurs privilèges et avantages divers.

Portrait de damic
17/mars/2023 - 09h14

le Qi d'un poulpe

Portrait de HWEBER
17/mars/2023 - 09h09
wicket a écrit :

Eh ! mec, il y a encore des gens qui travaillent et ont besoin de se déplacer... Un peu de respect pour eux... 

Ils n'ont de respect pour rien ni personne.

Portrait de Yanik65
17/mars/2023 - 08h13

NUPES, le seul but de leur mandature, c'est de faire en sorte qu'à chaque fois qu'une loi ou un amendement ne plaise pas dans le futur, ce soit la chienlit en fait.

Portrait de COLIN33
17/mars/2023 - 08h09 - depuis l'application mobile

Vu ce qui s'est passé hier à l'assemblée nationale, on peut considérer que la démocratie est en danger ....