07/02/2023 07:00

Réforme des retraites : Plusieurs députés du Rassemblement National ont reçu des messages vocaux "dégueulasses" leur indiquant que "leurs enfants étaient hospitalisés" pour les pousser à quitter l'hémicycle - Regardez

C'est une séquence à peine croyable qui s'est produite hier à l'Assemblée Nationale. Marine Le Pen s'est indignée d'une tentative de déstabilisation de son groupe. Elle a indiqué que trois ou quatre élues de son groupe avaient reçu un message vocal, leur indiquant qu'un de leurs enfants était hospitalisé, afin de les pousser à quitter l'hémicycle.

Or, à ce moment là, les députés abordaient l'examen de la demande de référendum déposée par le RN et  comme le prévoit le règlement de l'Assemblée, la motion référendaire "n’est appelée que si la présence effective en séance des signataires est constatée au moment de l’appel" dans l'hémicycle.

L'absence de l'une des élues aurait donc suffi à faire tomber la motion du RN, avant même qu'elle ne soit votée.

Laurence Robert-Dehault (RN), destinatrice de l'un de ces messages, a fait écouter aux médias présents à l'Assemblée le message qu'elle a reçu. "L'un de vos proches vient d'être hospitalisé", peut-on entendre depuis son portable, l'interlocuteur se présentant comme travaillant dans un "centre hospitalier".

La présidente de l'Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet (Renaissance), a demandé à Marine Le Pen de lui transmettre "une copie des messages reçus pour qu'on puisse regarder ce qu'il en est". 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Capri
7/février/2023 - 09h42
wicket a écrit :

QUI a intérêt à faire des gestes, aussi ignobles ? Comment notre pays peut-il tomber aussi bas ?

Lorsque l'on a vu le bordel fait par la NUPES hier à l'Assemblée on se dit que décidément, la France est devenu du grand n'importe quoi... smiley

Perso, je me dis, cynique, que c’est encore mieux que le bordel soit circonscrit, qu’il ait lieu dans ce lieu confiné (ou les gens percoivent des rémunérations de 10.000 euros / mois entre leurs rémunérations classiques - de l’ordre de 5000 euros et tous les frais à côté, sans parler des 15.000 euros pour remunerer les assistants parlementaires => ils ne sont pas tous seuls dans leurs tâches).

Ils représentent le peuple et le peuple s’écharpe. Si le peuple voit que ses representants s’écharpent à l’AN, le peuple peut se dire que ce n’est pas la peine d’aller s’écharper dans la rue, sur les ronds points etc… sachant que ceux qui s’écharpent (la Comedia del Arte) sont bien payés pour ça et ont des compensations. Alors… c’est finalement peut être une bonne situation finalement !!

Portrait de Capri
7/février/2023 - 09h33
veronique corlobe a écrit :

cette assemblée est une honte

Pourquoi dire « Cette assemblée… » ? Elle reflète notre pays et son état. DONC : si vous pensez qu’elle est « une honte » comme vous dites (propos « facile » dirons-nous), alors, c’est le pays qui vous fait honte. C’est possible. 

Portrait de Capri
7/février/2023 - 09h31

Ça va très loin là. Il faut « avoir le cuir épais » dans cette arène (politique). Avec l’effondrement de LFI post-Melenchon et la « bonne tenue » (au sens propre et figuré) du RN, on voit se dessiner la suite.

Portrait de YVESM
7/février/2023 - 08h24

Une escalade.

Quoi qu'il se soit passé, cela n'augure rien de bon.

Portrait de YVESM
7/février/2023 - 08h23

Avez-vous remarqué ?

Avez-vous remarqué ?

Quoi ?

Portrait de Blondissime
7/février/2023 - 08h17

Ils sont tombés bien bas nos parlementaires. 

Portrait de COLIN33
7/février/2023 - 08h10 - depuis l'application mobile

Je ne suis pas RN, mais hier Marine le Pen a tenu une conférence de presse dont les propos devraient être retenus..... on peut comprendre que ce gouvernement souhaite saboter des propositions allant contre leur réforme....
La France dans la rue !!!!!

Portrait de Fpt01
7/février/2023 - 07h50 - depuis l'application mobile

Méthodes de barbouzes, c’est honteux. Le RN est finalement perçu comme le groupe majoritaire et qui souhaite faire avancer les échanges alors on lui mets des bâtons dans les roues pour le déstabiliser